Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

DAIMLER

64.90EUR
-1.07% 
Ouverture théorique 0.00

DE0007100000 DAI

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    65.58

  • clôture veille

    65.60

  • + haut

    65.58

  • + bas

    64.47

  • volume

    49 206

  • valorisation

    69 432 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    25.05.18 / 21:55:03

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter DAIMLER à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter DAIMLER à mes listes

    Fermer

L'UE veut renforcer son pouvoir sur le secteur automobile

Reuters27/01/2016 à 16:15
    par Alissa de Carbonnel 
    BRUXELLES, 27 janvier (Reuters) - La Commission européenne a 
présenté mercredi ses propositions pour durcir les règles en 
vigueur dans l'Union en matière de sécurité et de pollution 
automobiles, une réforme qui vise à prévenir un nouveau scandale 
comparable à celui du trucage par Volkswagen  VOWG_p.DE  des 
tests d'émissions polluantes.  
    Si le projet de directive est adopté, ce qui suppose de 
surmonter les éventuelles résistances des Etats et des 
constructeurs, les autorités européennes pourront entre autres 
procéder à des contrôles sur des véhicules déjà présents sur le 
marché et infliger aux constructeurs, en cas de non-conformité, 
des amendes susceptibles d'atteindre 30.000 euros par véhicule. 
    L'exécutif communautaire veut aussi autoriser chaque Etat 
membre à rappeler des voitures qui auraient été homologuées dans 
un autre pays.  
    Il souhaite en outre rompre les relations jugées trop 
étroites entre les constructeurs automobiles et les laboratoires 
chargés de tester les nouveaux modèles, en introduisant un 
mécanisme de paiement indirect, pour prévenir les conflits 
d'intérêts. 
    Ce projet constitue la réaction la plus élaborée à ce jour 
de l'Union européenne au scandale déclenché en septembre par 
Volkswagen, le premier constructeur du continent, qui a reconnu 
avoir installé sur plusieurs de ses modèles un logiciel destiné 
à fausser les résultats des mesures d'émissions polluantes aux 
Etats-Unis. 
    Signe de l'impact de l'affaire, le projet de la Commission 
prévoit spécifiquement d'obliger chaque constructeur à donner 
accès aux protocoles des logiciels de ses voitures. 
     
    OBJECTIF AFFICHÉ: "REGAGNER LA CONFIANCE" 
    "En vue de regagner la confiance des clients dans ce secteur 
important, nous devons durcir les règles, mais aussi veiller à 
ce qu'elles soient effectivement respectées. Il est essentiel de 
rétablir des conditions d'égalité des chances et une concurrence 
loyale sur le marché", a déclaré Jyrki Katainen, vice-président 
de la CE chargé de l'emploi, de la croissance, de 
l'investissement et de la compétitivité.  
    Les propositions ne prévoient cependant pas la création d'un 
régulateur européen du secteur, comparable à l'Environmental 
Protection Agency (EPA) américaine, qui est à l'origine du 
scandale Volkswagen.  
    Dans le cadre des règles actuelles, si chaque autorité 
nationale, comme la KBA en Allemagne ou le Centre national de 
réceptions des véhicules (CNRV, l'ex-service des mines) en 
France, a le pouvoir d'homologuer un nouveau modèle et de 
révoquer son homologation, les voitures peuvent être vendues 
dans l'ensemble du marché unique européen.  
    Jusqu'à présent, aucune autorité nationale n'a sanctionné 
Volkswagen, alors que le groupe a lui-même reconnu que 8,5 
millions des 11 millions de véhicules équipés de logiciels de 
trucage avaient été vendus en Europe. 
    Cette attitude est considérée par certains critiques comme 
le signe d'une collusion entre les pouvoirs publics nationaux et 
les industriels.  
    Si le projet de la CE entre en application - ce qui suppose 
le feu vert du Parlement européen puis du Conseil - de futures 
infractions pourraient coûter des milliards d'euros aux 
constructeurs.  
    Mais les propositions de Bruxelles risquent de froisser les 
pays les plus eurosceptiques, comme la Grande-Bretagne, mais 
aussi l'Allemagne, qui a pris l'habitude d'intervenir dans le 
processus législatif européen afin d'obtenir des concessions au 
profit de son secteur automobile, pilier de son économie.  
    "On peut s'attendre à ce qu'elles soient lourdement 
attaquées par les Etats membres parce qu'elles reviennent à 
céder un peu de souveraineté à Bruxelles", a déclaré Bas 
Eickhout, député européen écologiste.  
     
 
 (avec Meredithb McGrath et Barbara Lewis; Marc Angrand pour le 
service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeurs associées

-1.07%
+0.92%
-0.36%
+1.14%
-0.93%
+0.57%
-2.05%
+1.41%
-0.75%
+0.23%
-0.89%
+1.32%
-1.28%
+0.46%
-1.04%
+1.53%
-0.64%
0.00%
-1.44%
+1.49%
-0.34%
+1.45%
-1.22%
0.00%
+0.16%
+0.83%
-100.00%
-99.35%
-0.23%
+1.64%
-0.99%
+1.16%
-0.97%
+1.29%
-0.95%
-0.23%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.