Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE suspend trois pesticides nocifs pour les abeilles

Reuters29/04/2013 à 23:09

LA COMMISSION EUROPÉENNE SUSPEND TROIS PESTICIDES NOCIFS POUR LES ABEILLES

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a suspendu lundi pendant deux ans à titre provisoire l'utilisation de trois pesticides largement utilisés dans le monde et liés au déclin des abeilles.

Cette décision intervient après l'échec de négociations entre les Etats membres de l'Union européenne, qui n'ont pas pu se mettre d'accord lundi sur l'interdiction de ces trois néonicotinoïdes dont les effets divisent le monde scientifique.

Ce type d'insecticide agit sur le système nerveux des insectes, provoquant la paralysie et la mort, et possède l'avantage d'être peu toxique pour les mammifères.

Quinze pays - deux de plus que le dernier vote des gouvernements sur la question en mars -, ont voté pour, mais la majorité qualifiée n'a pas été atteinte, signifiant que la décision a été renvoyée à la Commission.

"Même s'il n'y a pas eu de décision claire, quinze Etats membres ont voté en faveur de la proposition, donc la Commission entérine son adoption", dit-on de source proche de la Commission.

L'exécutif de Bruxelles avait proposé cette interdiction en janvier dernier, sur la base d'un rapport de l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA).

Dans cette étude, l'EFSA estimait que trois néonicotinoïdes largement utilisés - clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame - présentaient un risque élevé pour les abeilles.

L'interdiction concernera leur utilisation pour toutes les récoltes, à l'exception des céréales d'hiver et des plantes délaissées par les abeilles, comme la betterave à sucre. Elle entrera en vigueur le 1er décembre 2013, avec cinq mois de retard sur la proposition initiale de la CE.

Ces néonicotinoïdes sont principalement produits par l'allemand Bayer et le suisse Syngenta. Ils se retrouvent dans des pesticides comme le Cruiser OSR, dont l'utilisation a été interdite en France en juin 2012.

DES SCIENTIFIQUES DIVISÉS

Le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a salué la mise en place de ce moratoire de deux ans, en faveur duquel la France a voté.

"Je me réjouis de ce moratoire sur les néonicotinoïdes à l'échelle européenne, qui seul permet une protection efficace des abeilles tout en préservant la compétitivité des agriculteurs français par rapport à leur collègues européens", écrit-il dans un communiqué.

Les populations d'abeilles ont fortement et mystérieusement décliné ces dernières années dans le monde, un phénomène connu sous le nom de "syndrome d'effondrement des colonies" ou sous son acronyme anglais CCD. Or, leur contribution à la production agricole, via la pollinisation, est capitale pour l'alimentation humaine.

Les scientifiques sont toutefois en désaccord sur les causes du CCD et le rôle joué par les pesticides.

De récentes études ont montré que les néonicotinoïdes pouvaient avoir un impact négatif sur la santé des abeilles en leur faisant perdre le sens de l'orientation, les empêchant de retrouver leur ruche.

D'autres chercheurs soupçonnent un virus répandu par un acarien parasite, le varroa, pour expliquer l'effondrement des colonies. Beaucoup de scientifiques penchent en outre pour une combinaison de facteurs pour expliquer le phénomène.

Syngenta a critiqué la décision de la Commission, "fondée sur des études scientifiques médiocres et ignorant la foule d'éléments de terrain prouvant que ces pesticides ne nuisent pas à la santé des abeilles".

Syngenta et Bayer citent des recherches selon lesquelles une interdiction de néonicotinoïdes coûterait à l'Europe plusieurs milliards d'euros en récoltes perdues.

Dans le même temps, l'Onu a estimé dans un rapport en 2011 que le travail fourni chaque année par les abeilles et autres pollinisateurs comme les papillons, les coccinelles et les oiseaux représentait quelque 155 milliards d'euros pour l'économie humaine.

Charlie Dunmore, avec Chine Labbé à Paris, Pascal Liétout et Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.