Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UE soutient Kiev, suspend le dialogue avec Moscou sur les visas

Reuters06/03/2014 à 21:00

L?UE APPORTE SON SOUTIEN À L?UKRAINE

par Martin Santa et Barbara Lewis

BRUXELLES (Reuters) - Les dirigeants européens ont apporté jeudi leur soutien aux nouvelles autorités ukrainiennes, dénonçant le projet de référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie et exhortant Moscou à retirer ses troupes.

Les Vingt-Huit, réunis en Conseil européen extraordinaire à Bruxelles, ont décidé de suspendre les discussions avec la Russie sur un projet d'accord bilatéral de libéralisation des investissements et des visas, a annoncé Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen.

D'autres sanctions pourraient suivre si la Russie, qui ne reconnaît pas le nouveau pouvoir à Kiev et dont le président, Vladimir Poutine, a été autorisé à faire intervenir l'armée en Ukraine, ne joue pas la carte de l'apaisement.

Les Européens ont également rappelé leur attachement à l'intégrité territoriale de l'Ukraine quelques heures à peine après que le Parlement de la République autonome de Crimée a voté à l'unanimité le rattachement de la péninsule à la Russie, une décision qui sera soumise le 16 mars à référendum dans la péninsule.

Ce référendum, a jugé la chancelière allemande Angela Merkel, est "illégal et incompatible avec la Constitution de l'Ukraine".

La suspension des discussions et la menace de sanctions complémentaires viennent à l'appui de l'appel lancé par les Européens en faveur d'un retrait des forces russes déployées en Crimée et de l'ouverture de négociations directes entre Moscou et les nouvelles autorités ukrainiennes, un dialogue impossible pour l'heure malgré les tentatives déployées par la diplomatie internationale depuis le week-end dernier.

"DANS DE NOMBREUX SECTEURS ÉCONOMIQUES..."

Si ces négociations ne débutent pas dans les tous prochains jours et ne produisent pas de résultats "dans un laps de temps limité", les Vingt-Huit imposeront d'autres sanctions, dont une interdiction de voyage, un gel des avoirs et l'annulation d'un sommet UE-Russie.

"Toute initiative supplémentaire prise par la Fédération de Russie pour déstabiliser la situation en Ukraine aboutirait à des conséquences sévères et considérables pour les relations entre, d'une part, l'Union européenne et ses Etats membres et, d'autre part, la Fédération de Russie, qui incluront un large éventail de domaines économiques", a déclaré Herman Van Rompuy.

"Nous condamnons fermement la violation injustifiée de la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine par la Russie. Nous appelons la Russie à retirer immédiatement ses forces armées (ndlr, de Crimée) et à donner un accès immédiat aux observateurs internationaux", a-t-il ajouté.

François Hollande a précisé: "Si la Russie prenait des mesures qui déstabiliseraient l'Ukraine (...), mettraient en cause l'intégrité territoriale de l'Ukraine (...) alors il y aurait de nouvelles dispositions qui concerneraient les relations entre l'Union européenne et la Russie dans de nombreux secteurs économiques", a-t-il dit lors de sa conférence de presse finale à Bruxelles.

Dans la matinée, l'UE avait déjà annoncé le gel des avoirs de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, de son ex-Premier ministre Mikola Azarov et de 16 autres personnalités, jugées responsables de violations des droits de l'homme ou de mauvaise gestion des fonds publics en Ukraine.

Selon les nouvelles autorités de Kiev, Ianoukovitch, destitué le 22 février par le parlement ukrainien, aurait détourné 37 milliards de dollars de fonds publics en trois ans de mandat.

Sur la liste des personnes visées, parue jeudi au journal officiel de l'UE, figurent aussi Viktor Pchonka, ancien procureur général d'Ukraine, Oleksandr Yakimenko, ancien chef des services de sécurité, ou encore Olena Loukach, ex-ministre de la Justice. Les fils de Viktor Ianoukovitch et de Mikola Azarov en font également partie.

(avec Jan Strupczewski et Alexandra Hudson; Eric Faye et Henri-Pierre André pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.