Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE promet de redoubler d'efforts pour les migrants

Reuters20/04/2015 à 20:55

* L'UE propose un plan en 10 points pour les migrants en Méditerranée * Sommet extraordinaire de l'UE convoqué jeudi * Malte estime que 900 personnes pourraient avoir péri dimanche * Deux sauvetages en cours en mer par James Mackenzie et Robin Emmott CATANE, Italie/LUXEMBOURG, 20 avril (Reuters) - L'Union européenne a proposé lundi de doubler les moyens alloués à la recherche et au sauvetage en Méditerranée, au lendemain du naufrage d'un bateau de migrants qui pourrait avoir fait 900 morts. Trois autres opérations d'urgence étaient en cours en fin de journée pour tenter de sauver des centaines d'autres personnes ayant quitté les côtes africaines à bord de bateaux surchargés pour tenter de gagner l'Europe dans l'espoir d'y trouver une vie meilleure. L'envolée des pertes humaines ces derniers jours a provoqué un choc en Europe, la décision prise l'an dernier de réduire le dispositif naval alloué au sauvetage des migrants semble avoir augmenté considérablement les risques encourus par ceux-ci sans en réduire le nombre. "La situation en Méditerranée est dramatique. Cela ne peut pas continuer ainsi", a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a convoqué une réunion extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE pour jeudi, afin de débattre des moyens de lutter contre le trafic d'êtres humains et d'augmenter les efforts de sauvetage. Les ministres des Affaires étrangères des 28 réunis à Luxembourg ont observé une minute de silence avant d'entamer les débats sur cette nouvelle crise et d'étudier le plan en 10 points que leur a soumis la Commission européenne, qui inclut le doublement des moyens et du budget de l'opération navale Triton en Méditerranée. Ce doublement ne suffirait cependant pas à porter Triton au niveau de déploiement de Mare Nostrum, la mission lancée par l'armée italienne et interrompue l'an dernier en raison de son coût et de l'opposition politique qu'elle suscitait dans la péninsule. Triton, dont le budget mensuel est de 2,9 millions d'euros, trois fois moins que Mare Nostrum, a démarré avec sept navires, deux avions et un hélicoptère. DETRUIRE LES NAVIRES DES TRAFIQUANTS Au nombre des 10 points, l'UE décide aussi d'engager des efforts "systématiques" pour arraisonner et détruire les navires utilisés par les trafiquants, sur le modèle de la mission "Atalante" contre les pirates au large de la Somalie. Il s'agira d'une opération à la fois civile et militaire, ont dit des responsables européens sans donner de précisions. Pendant que se tenait la réunion de Luxembourg, l'Italie et Malte s'efforçaient de venir en aide à deux bateaux de migrants transportant quelque 400 personnes au large des côtes de la Libye tandis que, plusieurs centaines de kilomètres à l'est, des garde-côtes tentaient de sauver des migrants dont l'embarcation a été détruite en s'échouant au large de l'île grecque de Rhodes. Les garde-côtes ont fait état d'un premier bilan de trois morts. Plus de 90 occupants ont été secourus, dont 30 ont dû être hospitalisés. Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, a comparé le trafic d'êtres humains en Méditerranée à l'esclavage en Afrique. "Quand nous disons que nous sommes en présence d'esclavage, nous n'utilisons pas ce mot uniquement pour faire de l'effet", a-t-il dit. Les dirigeants européens peinent à définir une politique qui permette de répondre de manière plus humaine à l'afflux de migrants venus d'Afrique et d'Asie sans pour autant l'encourager. "La recherche et le sauvetage seuls ne sont pas une solution miracle", a dit le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maiziere. Le secrétaire britannique au Foreign Office, Philip Hammond, a estimé que toute solution à la crise devait inclure un volet visant les réseaux de passeurs. (voir ID:nL5N0XH1I9 ] L'Autriche a proposé l'ouverture de camps de demandeurs d'asile en Afrique du Nord, supervisés par les Nations unies ID:nL5N0XH1OV et l'Italie a souhaité que l'Egypte et la Tunisie participent aux opérations de sauvetage. A Vienne, plus de 3.000 personnes, dont le président Heinz Fischer, se sont rassemblées pour un service à la mémoire des victimes. La foule a déposé des bougies sur une embarcation gonflable, en souvenir des personnes mortes noyées. (Henri-Pierre André, Jean-Stéphane Brosse, Marc Angrand et Eric Faye pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.