1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE autorise les voyageurs d'une quinzaine de pays, les Etats-Unis exclus
AFP30/06/2020 à 19:22

Un avion peu après le décollage de l'aéroport Franz-Josef-Strauss de Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 25 juin 2020 ( AFP / Christof STACHE )

Feu vert pour le Canada et trois pays du Maghreb, feu rouge pour les Etats-Unis et la Turquie: l'Europe rouvre ses frontières mercredi aux voyageurs de quinze pays, dont la Chine sous condition.

Cette liste de pays, fondée "en particulier" sur des critères épidémiologiques, a été adoptée mardi à l'issue d'un vote à la majorité qualifiée des pays de l'UE après de difficiles tractations, alors que débute la saison touristique estivale.

Seront admis dans l'UE et l'espace Schengen les voyageurs venant d'Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie et Uruguay.

La liste, qui a vocation à être révisée toutes les deux semaines, inclut également la Chine, mais uniquement à condition qu'elle admette sur son sol les visiteurs non essentiels venant de l'UE, ce qui n'est actuellement pas le cas.

Sont exclus de cette liste les Etats-Unis, pays le plus touché au monde par la pandémie avec 125.928 décès pour près de 2,6 millions de cas répertoriés, mais aussi le Brésil, la Russie, l'Inde, la Turquie et Israël notamment.

"Nous entrons dans une nouvelle phase avec une ouverture ciblée de nos frontières à partir de demain", a tweeté Charles Michel, le président du Conseil européen, institution représentant les Etats membres, saluant leur "esprit d'étroite coopération". 

Cette liste de pays dont la situation épidémiologique liée à la maladie Covid-19 est jugée suffisamment sûre pour la reprise des voyages, doit être actualisée toutes les deux semaine ( AFP / )

Bien qu'ayant quitté l'UE, le Royaume-Uni est considéré comme un pays membre jusqu'à la fin de la période de transition le 31 décembre.

L'interdiction de voyage vers l'UE ne concerne pas non plus les ressortissants et résidents de l'Union et leurs familles. Ni certaines catégories de voyageurs (professionnels de la santé, travailleurs saisonniers, diplomates, voyageurs se déplaçant pour des motifs familiaux impérieux, marins, étudiants...)

- Compromis -

Les voyages "non essentiels" vers l'Europe ont été interdits depuis le 17 mars, afin de lutter contre la propagation de la pandémie.

Des touristes sur la plage de Pefkochori, sur la péninsule de Halkidiki, en Grèce, le 20 juin 2020 ( AFP / Sakis MITROLIDIS )

La recommandation adoptée n'est pas contraignante juridiquement, les pays de l'UE étant souverains sur le contrôle de leurs frontières et pouvant décider par exemple de ne les rouvrir qu'à une partie des pays autorisés.

Mais la coordination est jugée essentielle en raison de la liberté de circulation au sein de l'espace Schengen, où les restrictions décidées pour lutter contre la pandémie ont été peu à peu levées.

Fruit d'un compromis entre impératifs sanitaires, souci de faire redémarrer une économie frappée par la crise en favorisant le tourisme et considérations géopolitiques, l'élaboration de la liste a été ardue.

Les Européens étaient partagés sur l'ampleur et le rythme d'une levée des restrictions. Très dépendante du tourisme, la Grèce a commencé dès le 15 juin à rouvrir ses aéroports à plusieurs pays hors UE, dont la Chine, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud.

Les Européens privilégient les visiteurs venus de pays dont la situation épidémiologique est semblable à celle de l'UE où la pandémie a reflué, voire meilleure. Le taux de nouveaux cas de Covid-19 ne doit pas excéder 16 pour 100.000 habitants (moyenne dans l'UE) sur les 14 derniers jours, sur la base des données du 15 juin.

Devant un glacier dans un centre commercial à Miami Beach, en Floride, le 29 juin 2020 ( AFP / CHANDAN KHANNA )

Autres critères, une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par le pays tiers pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests et la fiabilité des données. Mais aussi des "considérations économiques et sociales".

L'Algérie, bien qu'inscrite sur la liste de l'UE, a annoncé dimanche soir que ses frontières resteraient fermées jusqu'à nouvel ordre en raison d'une recrudescence des cas. Côté Maroc, aucune date n'a été encore été fixée pour la réouverture des frontières.

La situation de la pandémie aux Etats-Unis prive le Vieux Continent d'une manne touristique: la France a accueilli 5 millions de touristes américains en 2019. En Italie, touchée de plein fouet par la pandémie, leur absence cet été se traduira par une perte de 1,8 milliard d'euros, selon le principal syndicat agricole, la Coldiretti.

Alors que l'entrée aux Etats-Unis est interdite aux voyageurs venant de la plupart des pays européens depuis le 13 mars, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a dit espérer une solution "dans les prochaines semaines" pour la reprise des échanges, estimant qu'il était "important pour les Etats-Unis que les Européens puissent revenir", et réciproquement.

alm/fmi/lpt

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • godste
    30 juin22:08

    Je pense qu accepter la Chine et refuser là US va coûter cher à l UE ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer