Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE attend une baisse de l'afflux de migrants depuis la Turquie

Reuters25/02/2016 à 15:13
    par Gabriela Baczynska et Robert-Jan Bartunek 
    BRUXELLES, 25 février (Reuters) - Les ministres de 
l'Intérieur de l'Union européenne ont évoqué jeudi à Bruxelles 
la perspective d'un renforcement des mesures unilatérales de 
contrôles aux frontières si n'est pas constatée une baisse 
significative des migrants en provenance de Turquie d'ici le 
sommet entre Européens et Turcs le 7 mars. 
    Sept pays ont déjà rétabli ce type de contrôles à 
l'intérieur de l'espace Schengen, accentuant la pression sur la 
Grèce qui n'est plus en mesure de faire face à l'arrivée de 
nouveaux réfugiés transitant par la Turquie. 
    Plusieurs autres pays ont menacé de prendre des mesures 
similaires si l'accord prévoyant un maintien sur le sol turc des 
réfugiés syriens en échange d'une indemnité de trois milliards 
d'euros ne fait pas la preuve de son efficacité avant le sommet. 
    "D'ici le 7 mars, nous voulons une réduction significative 
du nombre de réfugiés franchissant la frontière entre la Turquie 
et la Grèce", a déclaré le ministre allemand de l'Intérieur 
Thomas de Maizière à son arrivée à la réunion des ministres 
européens à Bruxelles. 
    L'Allemagne soutient la mise en oeuvre de cet accord avec 
les autorités d'Ankara mais d'autres pays européens se montrent 
sceptiques sur son efficacité. 
    Plus d'un million de migrants ont rejoint l'Union européenne 
l'an passé, la plupart transitant par la Turquie avant de 
rejoindre l'espace communautaire. 
    Environ 110.000 personnes supplémentaires sont arrivées 
depuis le début de l'année et le rythme des entrées devrait 
s'accélérer avec le retour du printemps et des conditions 
climatiques plus clémentes. 
    "Si nous ne parvenons pas à faire baisser ces chiffres, nous 
devrons prendre d'autres dispositions et nous devrons opter pour 
des mesures de contingence", a déclaré Klaas Dijkhoff, ministre 
néerlandais de l'Immigration, dont le pays assure la présidence 
tournante de l'UE. 
     
    PRESSION SUR LA GRECE 
    "(Le 7 mars) est une date essentielle pour déterminer dans 
quelle mesure nous sommes parvenus à réduire l'afflux vers 
l'Europe dans son ensemble et quelles autres mesures nous devons 
prendre", a-t-il ajouté. 
    "Les perspectives sont peu encourageantes. Nous n'avons plus 
de politique. Nous risquons de sombrer dans l'anarchie", a jugé 
Jean Asselborn, le ministre luxembourgeois des Affaires 
étrangères. "Notre crédibilité est en jeu et cela est très 
mauvais pour Schengen et pour l'Union européenne", a-t-il 
poursuivi. 
    La Belgique, la France, l'Allemagne, la Norvège, la Suède et 
le Danemark ont introduit des mesures d'urgence à leurs 
frontières prévues dans le cadre des règlements de Schengen. 
    L'Autriche a provoqué la semaine dernière la colère de ses 
partenaires en annonçant des quotas journaliers de réfugiés 
accueillis par ses services administratifs. 
    Cette initiative a entraîné une réaction en chaîne de 
mesures similaires dans les pays situés sur la route empruntée 
par les migrants à travers les Balkans. 
    "Si la Grèce n'est pas capable ou ne veut pas assurer les 
frontières extérieures de la UE, d'autres doivent agir", a 
commenté la ministre autrichienne de l'Intérieur Johanna 
Mikl-Leitner. 
    Son homologue slovaque a jugé que la pression devait être 
accentuée sur la Grèce afin qu'elle assure un meilleur contrôle 
à ses frontières. 
    Ajoutant à l'atmosphère de dissension, la Hongrie a annoncé 
qu'elle allait organiser un référendum sur le projet de quotas 
que l'Union européenne entend mettre en place pour répartir les 
réfugiés entre les différents Etats membres. 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.