Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE a deux mois pour maîtriser la crise migratoire-Tusk

Reuters19/01/2016 à 17:30
 (Actualisé avec contexte, Juncker) 
    STRASBOURG, 19 janvier (Reuters) - L'Union européenne n'a 
"pas plus de deux mois" pour maîtriser la crise migratoire ou 
devra tirer un trait sur l'espace Schengen de libre-circulation, 
a déclaré mardi le président du Conseil européen, Donald Tusk, 
devant le Parlement européen. 
    "Le Conseil du mois de mars sera la dernière possibilité 
pour voir si notre stratégie fonctionne. Si ce n'est pas le cas, 
nous ferons face à des conséquences très graves comme par 
exemple l'effondrement de Schengen", a-t-il dit. 
    Donald Tusk a également mis en garde contre le risque 
d'échec du "projet politique" européen si l'ensemble 
communautaire ne parvient pas à exercer un contrôle efficace à 
ses frontières extérieures. 
    L'Europe est confrontée depuis l'année dernière à la plus 
grave crise migratoire qu'elle ait connue depuis la fin de la 
Deuxième Guerre mondiale. 
     Le président de la Commission européenne, Jean-Claude 
Juncker, a tenu des propos tout aussi alarmistes en appelant les 
Etats membres à mettre en œuvre les outils proposés par son 
collège : création d'un corps de garde-frontières européen, 
centres de contrôles ou "hot spots" aux frontières extérieures 
et relocalisation des réfugiés au sein des Etats-membres. 
    La Hongrie, la Slovénie, l'Autriche, le Danemark et la Suède 
ont déjà rétabli des contrôles aux frontières. 
    "A frontières communes, gestion commune. Si nous ne 
comprenons pas cela, Schengen n'y survivra pas", a-t-il affirmé. 
    "La Commission (européenne) a déjà présenté tous les 
éléments nécessaires pour gérer avec efficacité la crise des 
réfugiés", a-t-il estimé en lançant un appel au Etats pour 
qu'ils les mettent maintenant en œuvre et retrouvent "l'esprit 
pionnier de la construction européenne". 
    Les eurodéputés ont eux-mêmes souligné le peu de résultats 
qui ont suivi les décisions des Vingt-Huit avec, selon Guy 
Verhofstadt, président du groupe Libéral et démocrate, "290 
réfugiés relocalisés sur 160.000 (prévus) et 3.000 nouveaux 
migrants arrivant chaque jour aux frontières de la Grèce". 
    "Mais j'en ai marre d'entendre ça, nous n'avons pas besoin 
de d'avantage d'analyse, nous avons besoin d'action." 
 
 (Gilbert Reilhac et Gabriela Baczynska, Henri-Pierre André pour 
le service français, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.