1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UA prédit des temps tumultueux pour l'Afrique avec Trump
Reuters30/01/2017 à 12:31

    ADDIS-ABEBA, 30 janvier (Reuters) - La présidente de la 
Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a 
estimé lundi que le décret interdisant provisoirement l'entrée 
du territoire américain aux ressortissants de sept pays 
majoritairement musulmans, dont trois pays africains, annonçait 
des "temps tumultueux" pour le continent africain.  
    "Nous entrons dans une époque très tumultueuse. Le pays même 
vers lequel tant de nos ressortissants ont été conduits comme 
esclaves durant la traite transatlantique a décidé d'interdire 
les réfugiés venant de certains de nos pays. Que faire face à 
cela? C'est l'un des plus grands défis lancés à notre unité et 
notre solidarité", a déclaré Nkosazana Dlamini-Zuma lors de son 
discours d'ouverture du sommet de l'UA à Addis-Abeba. 
    Le président américain Donald Trump a signé vendredi un 
décret interdisant pendant 90 jours l'accès aux Etats-Unis aux 
ressortissants en provenance de Libye, de Somalie, du Soudan, et 
de quatre pays du Moyen-Orient (Irak, Iran, Syrie, Yémen), ainsi 
que l'accueil de tous les réfugiés pendant 120 jours. 
    Prenant la parole à son tour, le secrétaire général des 
Nations unies Antonio Guterres a salué l'accueil des réfugiés 
dans les pays d'Afrique, sans mentionner le nom de Donald Trump 
ou les Etats-Unis. 
    "Les pays africains sont parmi les plus généreux envers les 
réfugiés. Les frontières africaines restent ouvertes pour ceux 
qui ont besoin de protection, quand tant de frontières se 
ferment, même dans certains des pays les plus développés au 
monde", a dit l'ancien haut-commissaire de l'Onu pour les 
réfugiés.  
 
 (Ed Cropley; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer