1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Otan entame lundi d'importantes manoeuvres en Méditerranée

Reuters18/10/2015 à 08:53

par Robin Emmott BRUXELLES, 18 octobre (Reuters) - Les pays de l'Alliance atlantique entament à partir de lundi une série de manoeuvres militaires, les plus importantes menées depuis plus de dix ans en Méditerranée centrale, au moment où la Russie tente de réaffirmer sa présence au Proche-Orient. Bien que ces exercices étaient prévus avant l'intervention de l'armée de l'air russe dans le conflit syrien, l'instabilité croissante dans certains pays d'Afrique du Nord et de la région proche-orientale a contraint l'Otan à réagir face aux menaces présentes à ses frontières. Quelque 36.000 soldats, 230 unités, 140 avions et 60 navires seront mobilisés pendant cinq semaines afin de démontrer que les Alliés sont en mesure d'intervenir dans ce que le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a décrit comme "un monde plus sombre et plus dangereux". Plusieurs hauts responsables de l'Otan seront présents lundi sur une base aérienne du sud de l'Italie pour une série d'exercices aériens avec la question de la réponse à apporter à une menace russe qui ne s'exprime plus seulement sur les frontières orientales. "L'Otan a besoin d'une stratégie pour le sud, dans cet arc d'instabilité qui va de l'Irak à l'Afrique du Nord", a commenté Adam Thomson, ambassadeur britannique à l'Otan. "Nous devons aussi trouver un accord au sein de l'Alliance sur une approche à long terme à l'égard de la Russie". La Russie, qui a mené d'importantes manoeuvres impliquant plus de 45.000 soldats cette année et a procédé à des exercices en Méditerranée avant de s'engager en Syrie, a été conviée comme observatrice de ces exercices. Depuis l'annexion de la Crimée par les Russes en 2014, l'Otan a tenté de rassurer les nouveaux membres de l'Alliance, notamment les Etats baltes, quant à sa capacité de dissuasion face à Moscou. Les 28 pays membres ont créé une série de centres de commandement et de contrôle allant de l'Estonie à la Bulgarie pouvant être appuyés par des forces d'intervention rapide en cas d'agression. SCÉNARIO COMPLIQUÉ Mais l'effondrement de la Libye, l'émergence de l'Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak et l'incapacité de l'Union européenne à stabiliser la situation dans les pays situés à sa frontière sud sont devenus des problèmes auxquels les Alliés doivent eux-mêmes répondre. L'intervention russe en Syrie a encore compliqué le scénario et pose à l'Otan la question de la dissuasion face à une Russie de plus en plus interventionniste tout en évitant la confrontation. "Nous avions l'habitude de traiter la menace orientale et la menace méridionale mais désormais les deux n'en font plus qu'une", a commenté un responsable de l'Alliance. Pour répondre à cette évolution de la situation, l'Otan a imaginé la création d'une force de pointe de 5.000 hommes capable de se déployer en moins d'une semaine. Les manoeuvres, baptisées Trident Juncture, ont pour objectif de vérifier les capacités de cette force disposant d'unités aériennes et maritimes et de forces spéciales afin qu'elle soit totalement opérationnelle l'an prochain. Elle fait partie de la force de réaction rapide forte de 40.000 hommes. Certains experts militaires estiment que cette force de pointe ne pourrait que ralentir une avancée russe et certains pays alliés comme la Pologne envisagent son emploi uniquement sur les frontières orientales. Le gouvernement de Varsovie considère toutefois qu'il s'agit d'un premier pas face à ses demandes répétées d'une affectation permanente de plusieurs milliers de troupes de l'Otan sur son territoire pour répondre à la crise dans l'est de l'Ukraine. D'autres comme les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne souhaitent que ces unités soient employées en Turquie et à l'extérieur des frontières pour stabiliser les conflits en Libye et en Syrie dans le cadre d'une "gestion de crise". Dans le scénario imaginé pour ces manoeuvres, une résolution de l'Onu autorise l'Otan à mener une mission de protection d'un Etat menacé et à sécuriser les zones maritimes. (Pierre Sérisier pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.