Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'OSCE tente une médiation en Ukraine, Kiev parle de trêve

Reuters19/04/2014 à 23:35

KIEV DÉCRÈTE UNE "TRÊVE DE PÂQUES", LES SÉPARATISTES DE L?EST INFLEXIBLES

par Alastair Macdonald et Aleksandar Vasovic

KIEV/DONETSK (Reuters) - Un médiateur de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est rendu samedi dans l'est de l'Ukraine pour tenter d'obtenir la reddition des séparatistes pro-russes en profitant de la trêve annoncée par le gouvernement ukrainien à l'occasion de Pâques.

Les groupes armés qui occupent plusieurs bâtiments publics à Donetsk et dans d'autres villes proches de la frontière russe refusent de reconnaître l'accord conclu jeudi à Genève par lequel la Russie, l'Ukraine et les alliés occidentaux de Kiev confient à l'OSCE le soin de veiller au désarmement des activistes et à l'évacuation des édifices et des voies occupés.

Mais il faudra sans doute plusieurs jours pour déterminer si cette tâche peut être menée à bien.

La Russie, qui a annexé la Crimée le mois dernier, dément exercer la moindre autorité sur les séparatistes et vouloir envahir l'est de l'Ukraine. Les puissances occidentales, elles, menacent Moscou de nouvelles sanctions économiques si l'accord n'est pas appliqué.

Ertogrul Apakan, qui dirige la mission spéciale de l'OSCE à Kiev, a déclaré que son adjoint rencontrerait dimanche à Donetsk des dirigeants séparatistes pour leur demander s'ils étaient prêts à se plier à l'accord de Genève.

Après une réunion dans la capitale ukrainienne avec des diplomates des quatre parties ayant participé à la réunion de Genève, l'émissaire suisse Christian Schönenberger, dont le pays préside l'OSCE, a déclaré que ses inspecteurs avaient discuté avec plusieurs activistes, ajoutant: "Pour l'instant, la volonté politique de se retirer est absente."

"C'est la tâche des inspecteurs de susciter cette volonté politique, d'informer les gens afin qu'ils parviennent à comprendre que se retirer est ce qu'ils ont de mieux à faire", a-t-il dit à la presse.

TRÊVE PASCALE

De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriy Dechtchitsia, qui avait mis en garde vendredi les protestataires pro-russes de l'Est contre de nouvelles "mesures concrètes" possibles la semaine prochaine en l'absence de désarmement, a déclaré que l'OSCE et les autorités locales allaient "mettre au point des mesures concrètes pour la mise en oeuvre de l'accord de Genève d'ici un jour ou deux".

A Donetsk, des dirigeants séparatistes ont de nouveau réclamé un référendum qui pourrait ouvrir la voie à l'intégration de la région à la Fédération de Russie.

Le gouvernement ukrainien, qui manque de forces militaires réellement opérationnelles, ne semble pas prêt à tenter de reprendre la dizaine d'hôtels de ville, de commissariats ou d'autres bâtiments publics pris ces deux dernières semaines par de petits groupes armés, en dépit de l'annonce d'une "opération antiterroriste".

Le ministère des Affaires étrangères a de toute façon annoncé vendredi soir "la suspension de la phase active" de cette opération, le SBU, les services de sécurité, expliquant cette suspension par "la mise en oeuvre de l'accord de Genève et les fêtes de Pâques".

"Une trêve pascale peut être un signe de bonne volonté, ou peut-être simplement celui de l'impuissance totale de Kiev", a déclaré l'un des hommes armés qui gardaient samedi le siège de l'administration régionale de Donetsk.

"Si c'est de l'impuissance, alors nous avons gagné. S'ils sont prêts à nous provoquer, nous riposterons par la force."

LAVROV "N'A RIEN SIGNÉ EN NOTRE NOM"

Certains chefs de file du mouvement pro-russe ont relevé qu'ils ne se sentaient pas liés par la déclaration de Genève.

Pour Denis Pouchiline, qui dirige l'autoproclamée "République populaire de Donetsk", le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui représentait Moscou jeudi à Genève, ne représente pas les contestataires. "Il n'a rien signé en notre nom", a-t-il dit.

Sur le plan diplomatique, alors que les tensions entre la Russie et l'Alliance atlantique n'ont jamais été aussi vives depuis la fin de la Guerre froide, Vladimir Poutine a estimé samedi que rien n'empêchait une amélioration des relations entre la Russie et les pays occidentaux mais qu'il revenait à ces derniers de faire en sorte qu'elle se produise.

Mais la Russie a aussi admis pour la première fois qu'elle avait déployé des renforts militaires à la frontière de l'Ukraine en raison de l'instabilité dans ce pays, et non pour participer à des manoeuvres de routine, ainsi que l'assurait Moscou jusqu'à présent.

"Pardonnez-moi mais c'est un pays où vient tout juste de se produire un coup d'Etat militaire, il est donc naturel que tout pays prenne des mesures de précaution particulières afin de garantir sa sécurité", a ajouté Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, à la chaîne de télévision Rossiya-1

(avec Alissa de Carbonnel à Donetsk, Thomas Grove à Slaviansk, Pavel Polityuk à Kiev, Vladimir Soldatkin et Christian Lowe à Moscou; Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français, édité par Marc Angrand)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.