Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'option militaire reste envisagée en Syrie, dit Paris

Reuters11/09/2013 à 12:03

L'ÉLYSÉE MAINTIENT L'OPTION MILITAIRE SUR LA SYRIE

PARIS (Reuters) - L'option de frappes militaires contre la Syrie reste envisagée en cas d'échec de la diplomatie, déclare mercredi la porte-parole du gouvernement français au moment où se tient à l'Elysée un Conseil restreint de défense.

"La France reste déterminée à sanctionner l'usage des armes chimiques par Bachar al Assad", a dit sur RFI Najat Vallaud-Belkacem.

"L'option militaire est bel et bien envisagée" si les démarches diplomatiques en cours échouent, a-t-elle ajouté. "Il ne s'agit en rien d'une menace hypothétique".

Le Conseil de défense, qui réunit tous les ministres concernés sous la présidence de François Hollande, a pour objet de faire le point sur tous les aspects du dossier syrien - diplomatique, politique, militaire et stratégique, dit-on à l'Elysée.

Paris et Washington consultent la Russie et la Chine sur un projet français de résolution du Conseil de sécurité de l'Onu prévoyant de placer toutes les armes chimiques de la Syrie sous contrôle international en vue de leur destruction.

Si la proposition russe de mettre l'arsenal chimique syrien sous surveillance a été acceptée par Damas, il reste de nombreux obstacles à l'adoption de ce texte.

Ce dernier rend en effet le régime syrien responsable de l'attaque chimique du 21 août dans la banlieue de Damas et n'exclut pas l'usage de la force en cas de non respect par la Syrie de ses exigences.

La Russie, qui ne reconnaît pas la responsabilité du régime de Bachar al Assad dans l'usage d'armes chimiques, a fait savoir qu'elle rejetterait une résolution prévoyant l'usage de la force.

L'ARMÉE FRANÇAISE RESTE EN ALERTE

"Si la Russie a rejeté toutes les autres résolutions, c'est parce qu'elles ouvraient la voie à une intervention militaire comme en Libye", a déclaré mercredi sur France Inter l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov.

"Nous pensons que le projet présenté par la France a été fait dans la précipitation et dans la hâte en reprenant les mêmes termes que les projets anciens", a-t-il ajouté.

La France ne ferme pas la porte à la négociation mais prend soin de ne pas abattre toutes ses cartes.

"C'est une négociation très sensible donc on ne va pas dire publiquement quelles sont nos lignes rouges", dit-on à l'Elysée.

Malgré le recul de l'imminence des frappes et un doute sur l'usage de la force, l'armée française reste en alerte.

"Nous restons en capacité de répondre aux directives du président de la République", a dit le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état-major des armées.

Pour Ségolène Royal, le conflit syrien pourrait dégénérer en guerre mondiale.

"Il y un risque d'intervention mais il y a un risque encore plus grand de non intervention", a dit l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle sur RMC et BFMTV.

"La non intervention peut aussi déclencher un conflit mondial au sens où c'est le feu vert à la dissémination des armes chimiques et à la dissémination des armes nucléaires", a-t-elle ajouté.

Julien Ponthus, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.