1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'opposition syrienne se dit prête à retourner à Genève
Reuters10/02/2016 à 12:46

    LONDRES, 10 février (Reuters) - Le Haut Conseil pour les 
négociations (HCN), alliance de l'opposition politique et armée 
syrienne formée en décembre à Ryad, a annoncé mercredi qu'elle 
participerait aux négociations sous l'égide de l'Onu qui doivent 
reprendre le 25 février mais attend plus de fermeté de Barack 
Obama. 
    Le HCN juge que le président américain n'intervient pas avec 
suffisamment de force pour obtenir un arrêt des bombardements de 
l'aviation russe qui appuie l'armée gouvernementale syrienne 
dans l'offensive en cours dans la région d'Alep. 
    "Je pense qu'il peut vraiment stopper ces attaques menées 
par les Russes et les Syriens. S'il veut sauver nos enfants, il 
est grand temps pour lui de dire non à ces frappes en Syrie", a 
dit le porte-parole du HCN, Salim al Muslat. "Je pense qu'il 
peut le faire mais il est vraiment étrange, pour nous, de ne pas 
l'entendre sur ce sujet. Quelqu'un doit stopper Poutine et le 
dictateur de Damas." 
    "Dans les décisions politiques, il y a de la faiblesse à 
Washington." 
    Interrogé sur la présence du groupe à la reprise des 
négociations de Genève qui ont été suspendues jusqu'au 25 
février par l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, Staffan de 
Mistura, Muslat a répondu: "Nous irons. Et nous y étions pour 
véritablement en faire un succès, mais nous n'avons pas de 
partenaire sérieux." 
    "Nous irons aux pourparlers de paix. Nous n'avons aucune 
condition préalable, nous demandons simplement l'application de 
la résolution (2254) du Conseil de sécurité", a-t-il insisté. 
    Depuis l'annonce, le 3 février dernier, de la suspension de 
la conférence de Genève, des discussions sont en cours entre les 
puissances impliquées dans la recherche d'une solution politique 
à un conflit qui a fait plus de 250.000 morts en cinq ans et 
déplacé des millions de Syriens. 
    Une réunion est prévue cette semaine en marge de la 
conférence annuelle sur la sécurité de Munich. 
 
 (Guy Faulconbridge; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aerosp
    10 février14:17

    trop tard

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer