Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'opération Barkhane « à un tournant »
Le Point23/12/2019 à 08:55

Treize jours après le massacre de la base militaire d'Inatès au Niger qui a fait 71 morts, le président français Emmanuel Macron s'est rendu à Niamey où il s'est incliné devant les tombes des soldats nigériens aux côtés de son homologue, Mahamadou Issoufou. Moins d'un mois après s'être recueilli devant les cercueils des 13 soldats français tués au cours d'un accident d'hélicoptère au Mali, en zone de combat. Si ces deux scènes sont intimement liées, entre-temps un changement d'approche a bel et bien été opéré sur la stratégie à mener au Sahel. Et sur ce point, les deux chefs d'État français et nigérien sont plus que jamais en total accord.Lire aussi Sahel : l'heure du sursaut franco-africain ?ClarificationLe président français l'a manifesté à nouveau en tenant un discours volontaire au risque de froisser encore ses alliés. « Nous sommes à un tournant de cette guerre. Il nous faut [?] redéfinir plus clairement les objectifs » à l'occasion du sommet de Pau (sud-ouest de la France) le 13 janvier, a affirmé le président Macron. « Il faut définir de manière beaucoup plus claire les objectifs militaires, politiques et de développement pour les 6, 12 et 18 prochains mois », a-t-il insisté. « Je vois dans trop de pays prospérer sans condamnation politique claire des sentiments anti-français. Je ne peux pas accepter d'envoyer nos soldats sur le terrain dans les pays où cette demande [de présence française] n'est...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer