1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Opep et Moscou réduisent leur production, le pétrole se reprend

AFP08/12/2018 à 01:53

Le ministre russe de l'Energie Alexander Novak (à l'écran) lors de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le 7 décembre 2018 à Vienne, en Autriche ( AFP / JOE KLAMAR )

L'Opep et ses alliés menés par la Russie vont abaisser leur production d'1,2 million de barils par jour pour les six prochains mois, selon les termes d'un accord scellé vendredi qui a redonné des couleurs au cours du pétrole, au risque d'irriter le président américain Donald Trump.

Cet objectif, attendu fébrilement par les marchés, sera réparti à hauteur de 800.000 barils quotidiens pour les quatorze pays de l'Opep et de 400.000 pour ses dix partenaires dont la Russie, a précisé l'organisation lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à son siège de Vienne.

La réduction, correspondant à un peu plus de 1% de la production mondiale, est destinée à rééquilibrer le marché et à enrayer la chute des cours, qui ont dévissé de 30% en deux mois dans un contexte de surproduction chronique.

Après une semaine difficile, au rythme des négociations délicates entre les producteurs, le prix du baril de Brent pour livraison en février s'est redressé, prenant 1,61 dollar, ou 2,68%, pour clôturer à 61,67 dollars. Le WTI américain pour livraison en janvier s'est apprécié pour sa part de 1,12 dollar, ou 2,18%, pour finir à 52,61 dollars.

La récente chute des prix était favorable aux consommateurs et bien perçue du président Donald Trump qui veut ménager les automobilistes américains. Mais les grands exportateurs mondiaux dépendants des revenus pétroliers, au premier rang desquels l'Arabie saoudite et la Russie, espèrent renverser la tendance.

- Répartir l'effort -

La baisse "devrait aider le marché à atteindre un équilibre plus tôt", a salué le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, dont le pays est le deuxième producteur mondial, reconnaissant que les discussions avaient été "complexes".

Réserves de pétrole brut de l'Opep ( AFP / AFP )

Il aura fallu deux jours de réunions officielles aux différents poids lourds pour accorder leurs violons au sein de cette alliance nouée en 2016 entre l'Opep et dix autres producteurs, dont la Russie qui est de loin le plus important.

Les pourparlers butaient sur la répartition des quotas de baisse, chaque producteur réclamant des efforts à ses partenaires.

La Russie estimait qu'il lui était "difficile" de réduire son offre en plein hiver compte-tenu des besoins du pays à cette période.

L'Arabie saoudite, troisième producteur mondial, doit pour sa part faire face à la pression américaine, à un moment où le royaume est affaibli par les répercussions diplomatiques de l'affaire Khashoggi.

Donald Trump avait exigé mercredi de l'Opep, qui pompe le tiers du brut mondial, qu'elle maintienne sa production à un niveau élevé. Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, a répondu que la hausse récente de la production saoudienne, parfois interprétée comme un geste à l'égard de Washington, "n'était pas politique".

- Aléas -

L'équilibre entre offre et demande est difficile à atteindre, et l'Opep se réunira donc dès avril prochain pour évaluer l'effet de ces nouvelles baisses de production qui entrent en vigueur en janvier.

Tenant d'une ligne dure, et rival géopolitique du royaume, l'Iran, a obtenu d'être exempté des baisses de production, comme l'ont été la Libye et le Venezuela, trois pays dont les industries pétrolières souffrent de graves perturbations.

"Ces exemptions signifient que tous les autres pays vont devoir faire un petit effort supplémentaire", a reconnu le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Souheil al-Mazrouei.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro s'est réjoui de l'accord. "Il va permettre la stabilisation des prix à un niveau juste, juste pour les producteurs, juste pour les consommateurs et juste pour l'économie en général", a déclaré M. Maduro dans un discours diffusé à la télévision officielle vénézuélienne VTV à son retour à Caracas après une visite à Moscou.

Difficile de prédire si l'Opep et ses alliés, qui représentent plus de la moitié de l'offre, parviendront à durablement inverser l'évolution des cours, mais "une telle baisse de la production va resserrer l'équilibre du marché pétrolier à partir du troisième trimestre de 2019", ont estimé les analystes du cabinet de consultants Wood MacKenzie.

"La baisse était nécessaire pour stabiliser les prix", ont-ils résumé, notamment dans la perspective d'un ralentissement de la croissance mondiale et alors que les Américains, premier producteur mondial de pétrole, pompent à tout va.

Les derniers mois ont cependant montré que rien ne se passe toujours comme prévu.

Mais les exemptions temporaires accordées au dernier moment par les Etats-Unis à huit pays importateurs ont contribué au plongeon des prix, effaçant les gains engrangés depuis début 2017.

burs-js/smk/nas/plh

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    08 décembre06:08

    On nous gave avec l'écologie, en interdisant seulement les sacs à usages uniques, qui sont désormais tous biodégradables, alors que ceux à usages non uniques, ne le sont pas et ne sont pas interdits !! Nous sommes incapables de faire l'Europe des déchets, plus un déchet ne doit sortir d'UE, nous sommes assez grands pour gerer nos poubelles non ? Nous devons construire massivement des usines de collecte et traitement à travers l'UE, et embaucher.

    Signaler un abus

  • bearnhar
    08 décembre06:03

    Sans cet usage abusif insensé d'énergies fossiles, les sociétés humaines se seraient développées autrement, nous n'aurions pas toleré de tels trajets domicile/travail, ni exigé de tous pouvoir silloner toute la Terre, nous aurions continué à travailler plus manuellement, donc serions restés plus robustes physiquement au lieu de nous transformer en mollusques sur une chaise, bref il aurait bien fallu faire sans.

    Signaler un abus

  • bearnhar
    08 décembre05:59

    Les co...ies, l'humain les aura toutes fait, il le comprendra, trop tard, lorsque les micro particules de plastiques se seront transformées en nano, vous savez, celle qui traversent meme les parois cellulaires, et c'est inéluctable, on retrouve déjà du plastique partout, bientot des nanos de plastiques partout. Le CO2 à coté, c'est une petite faute, nous aurions pu reboiser massivement, mais là, l'humain a été trop loin, depuis le temps qu'il joue avec les allumettes ça devait arriver.

    Signaler un abus

  • bearnhar
    08 décembre05:55

    Tant mieux, les énergies fossiles sont un trésor que mère nature a mise des millions d'années à constituer, et peut-etre auquel il ne fallait surtout pas toucher, mère nature est joueuse, elle adore tendre des pièges. Dillapider un tel trésor, pour juste innonder les océans de pochons en plastiques, pour aller acheter sa baguette à 100 mètres, est une faute lourde et inexcusable. L'actualité est à la goutte d'eau qui fait déborder le vase, la voilà.

    Signaler un abus

  • obeuvin
    08 décembre03:14

    Effectivement, Trump aurait mieux fait de ne pas s'en pré-occuper tant l'issue était courue, à moins qu'il n'ai souhaité les pousser à faire ce qu'ils voulaient faire.... car en tant que deuxième producteur mondial, il n'a qu'à se réjouir de cette remontée des cours pour le Texas et pour la production en Alaska.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer