Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Onu s'inquiète pour Alep, demande à Ankara d'ouvrir sa frontière

Reuters 09/02/2016 à 15:24
 (Actualisé avec chef de la diplomatie turque § 5-6) 
    par Stephanie Nebehay et Tom Miles 
    GENEVE, 9 février (Reuters) - Les Nations unies, qui 
s'inquiètent pour les civils d'Alep, la grande ville du 
nord-ouest de la Syrie, ont demandé mardi aux autorités turques 
d'ouvrir leurs frontières aux dizaines de milliers de réfugiés 
syriens qui ont déjà fui l'offensive lancée au début du mois par 
les forces gouvernementales. 
    William Spindler, porte-parole du Haut Commissaire de l'Onu 
pour les Réfugiés (HCR), a déclaré que l'agence onusienne 
comprenait les inquiétudes d'Ankara sur un nouvel afflux 
possible de réfugiés dans un pays qui héberge déjà plus de 2,5 
millions de Syriens ayant fui la guerre. 
    "Néanmoins, un grand nombre de gens ne sont pas autorisés à 
franchir la frontière. Nous demandons à la Turquie, ainsi 
qu'elle l'a déjà fait, d'ouvrir sa frontière à tous les civils 
qui fuient le danger en Syrie et qui nécessitent d'une 
protection internationale", a-t-il ajouté. 
    D'après les autorités turques, quelque 70.000 réfugiés 
syriens pourraient gagner la zone frontalière si l'offensive 
militaire se poursuit dans la région d'Alep. Le Premier 
ministre, Ahmet Davutoglu, a déclaré mardi que son pays ne 
fermerait pas ses portes à ses réfugiés. 
    En déplacement à Budapest, son ministre des Affaires 
étrangères, Mevlut Cavusoglu, a précisé que la Turquie avait 
déjà laissé passer de "façon contrôlée" 10.000 des 50.000 
Syriens s'étant massés ces derniers temps à la frontière. 
    Il a ajouté que si l'armée syrienne et l'aviation russe 
poursuivent leur offensive, un total d'un million de Syriens 
supplémentaires pourraient chercher à se réfugier en Turquie. 
     
    LES HABITANTS D'ALEP MENACÉS 
    L'Onu redoute en outre que plusieurs centaines de milliers 
de civils se retrouvent privés de nourritures dans Alep si les 
forces gouvernementales syriennes, appuyées par l'aviation russe 
et leurs alliés iraniens, parviennent à encercler les quartiers 
de la ville toujours contrôlés par les insurgés. 
    La bataille d'Alep, naguère la ville la plus peuplée de 
Syrie avec deux millions d'habitants, apparaît comme l'un des 
tournants du conflit qui entrera le mois prochain dans sa 
sixième année. 
    "Si le GoS (gouvernement syrien) et ses alliés coupent la 
dernière voie permettant de sortir de l'est d'Alep, jusqu'à 
300.000 personnes résidant toujours dans la ville seront coupées 
de l'aide humanitaire à moins que des sauf-conduits puissent 
être négociés", a prévenu le bureau de coordination des affaires 
humanitaires (Ocha) dans un communiqué. 
    En outre, si les forces gouvernementales syriennes 
poursuivent leur progression, entre 100.000 et 150.000 civils 
pourraient fuir la ville, ajoute Ocha qui s'appuie sur les 
estimations de conseils locaux. 
    Le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a 
annoncé de son côté qu'il avait commencé à distribuer des 
rations alimentaires à Azaz, ville syrienne située à une 
cinquantaine de kilomètres au nord d'Alep et à une demi-douzaine 
de kilomètres seulement de la frontière turque, qui fait déjà 
face à un nouvel afflux de réfugiés. 
 
 (avec Daren Butler à Ankara et Marton Dunai à Budapest; 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.