Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Onu s'alarme de la situation dans l'est de l'Ukraine

Reuters16/05/2014 à 16:52

LA SITUATION DANS L?EST DE L?URKAINE INQUIÈTE L?ONU

GENEVE (Reuters) - Les observateurs des Nations unies en Ukraine ont constaté une détérioration alarmante de la situation des droits de l'homme dans l'Est et l'émergence de graves problèmes en Crimée, a déclaré vendredi Navi Pillay, Haut-Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme.

Selon ce rapport, qui a d'emblée été rejeté par la Russie, la police et les autorités locales dans l'est de l'Ukraine ont délibérément contribué à des actes illégaux et à la prise de villes par des groupes armés.

"Ceux qui ont une influence sur les groupes armés responsables de la plupart des violences dans l'est de l'Ukraine doivent faire tout leur possible pour maîtriser ces hommes qui semblent déterminés à déchirer le pays", a déclaré Navi Pillay dans une déclaration accompagnant le rapport de 37 pages.

Ce rapport, rédigé grâce aux informations collectées par 34 observateurs de l'Onu, couvre la période du 2 avril au 6 mai. C'est le deuxième de la mission. Le premier, publié le 15 avril, avait estimé que les russophones de l'Est ukrainien avaient menti en disant avoir été attaqués pour justifier une intervention de Moscou.

Le rapport dénonce aussi dans la région "une vague d'enlèvements et de détentions arbitraires de journalistes, militants, politiciens locaux, représentants des organisations internationales et membres de l'armée".

Le ministère russe des Affaires étrangères a accusé les observateurs de manquer totalement d'objectivité et de suivre des "instructions politiques" afin d'innocenter les autorités en place à Kiev.

Le rapport, dit le ministère, "diabolise" les séparatistes pro-russes de l'Est et du Sud-Est ukrainiens tout en ignorant "les violations les plus grossières des droits humains par les autorités autoproclamées de Kiev."

Ce rapport, dit Moscou, sème le doute sur l'indépendance et l'impartialité de la mission onusienne.

INTIMIDATIONS

Les observateurs de l'Onu disent craindre pour la sécurité des candidats à l'élection présidentielle du 25 mai alors que plusieurs d'entre eux disent avoir été l'objet d'intimidations et d'agressions. Un scrutin honnête et démocratique fera beaucoup pour ramener le calme, estiment les 34 observateurs.

Ils s'emploient parallèlement à vérifier des abus présumés commis par les forces gouvernementales ukrainiennes, ajoutant disposer d'informations crédibles concernant des cas de personnes arrêtées par l'armée qui s'apparentent à des disparitions forcées.

En Crimée, péninsule ukrainienne annexée en mars par la Russie, les observateurs s'inquiètent du traitement des journalistes, des minorités sexuelles, religieuses ou ethniques, des patients atteints du VIH et des ressortissants qui n'ont pas demandé la nationalité russe et sont exposés à des actes de harcèlement et d'intimidation.

Le rapport fait des recommandations pour le gouvernement à Kiev et aux autorités en Crimée mais ne dit rien sur ce que Moscou pourrait faire pour apaiser les esprits.

Gianni Magazzeni, responsable de la branche Amériques, Europe et Asie centrale pour le Bureau des droits de l'homme, précise que les observateurs agissent conformément à une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies. Il n'a pas voulu dire ce qui était attendu de la Russie.

L'Allemagne a fait part de son inquiétude via le porte-parole de la chancelière Angela Merkel à propos d'un autre rapport sur le même thème et publié lundi par l'OSCE.

"Il y a des cas d'intimidation et, pire, de mauvais traitements, tortures, disparitions et meurtres, particulièrement dans l'est et le sud de l'Ukraine", a déclaré Steffen Seibert. "Les accusations russes selon lesquelles les droits de la minorité russe sont violés ne sont pas étayés par ce rapport sur les droits de l'homme (...)".

(Tom Miles, Steve Gutterman et Stephen Brown; Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.