1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Onu dénonce une vague d'exécutions en Iran
Reuters05/08/2016 à 12:25

    GENEVE, 5 août (Reuters) - Le Haut-Commissaire des Nations 
unies aux droits de l'homme a dénoncé vendredi l'exécution par 
pendaison d'une vingtaine de condamnés il y a trois jours en 
Iran en raison de sérieux doutes sur l'impartialité de leur 
procès.  
    Les groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que 
leurs condamnations s'appuyaient sur des aveux passés sous la 
contrainte. 
    Selon l'agence Irna, ces hommes, des kurdes sunnites, ont 
été condamnés pour le meurtre de deux imams sunnites et de 
plusieurs policiers et gardes forestiers, pour des enlèvements 
et pour des vols à main armée et attentats à la bombe dans 
l'ouest de l'Iran.    
    Dans un communiqué, Zeid Ra'ad Al Hussein a déclaré que "le 
caractère trop vague des accusations associé au mépris du droit 
des accusés à un procès équitable en bonne et due forme ont 
conduit à une grave injustice". 
    Au moins l'un des hommes exécutés, Shahram Ahmadi, a été 
apparemment battu et contraint de signer une feuille blanche où 
de faux aveux ont par la suite été consignés, a déclaré le 
Haut-Commissaire aux droits de l'homme. 
    L'Iran est l'un des pays au monde où se pratiquent le plus 
d'exécutions. Human Rights Watch a déclaré cette semaine qu'au 
moins 230 personnes avaient déjà été exécutées dans le pays 
depuis le début de l'année.  
 
 (Stephanie Nebehay; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer