1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Onu dénonce le nombre élevé d'exécutions en Iran
Reuters03/03/2015 à 15:36


GENEVE, 3 mars (Reuters) - L'Iran a procédé l'an dernier à un "nombre vivement inquiétant" d'exécutions et n'a pas tenu sa promesse de protéger les minorités ethniques et religieuses, ont déclaré mardi les Nations unies dans leur rapport annuel sur les droits de l'homme dans la République islamique. Le rapport, rédigé par les services du secrétaire général Ban Ki-moon et adressé au Conseil des droits de l'homme, fait la liste des inquiétudes de l'Onu concernant les violations des droits subies par les femmes, les journalistes et les opposants. Devant le Conseil, lundi à Genève, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé une politique de "deux poids deux mesures" et une "tendance quasiment incontrôlable" à politiser ces questions. Selon le rapport, l'Iran aurait exécuté au moins 500 personnes entre janvier et novembre 2014, et peut-être bien davantage. La plupart des condamnés, dont les quatre cinquièmes pour des infractions liées à la drogue, n'ont pas bénéficié d'un procès équitable. "Le secrétaire général reste profondément troublé par le nombre toujours important d'exécutions, y compris de prisonniers politiques et de mineurs", peut-on lire dans le document. L'Iran, ajoute le texte, n'a pas tenu la promesse du président Hassan Rohani "d'étendre la protection de tous les groupes religieux et d'amender la législation discriminante envers les minorités". "Les individus qui cherchent à obtenir une plus grande reconnaissance de leurs droits culturels et linguistiques risquent des sanctions très dures, y compris la peine capitale." Téhéran a également continué d'entraver fortement la liberté d'expression en bloquant cinq millions de sites internet et en emprisonnant des journalistes. Deux tiers des femmes subissent des violences domestiques, poursuit le document. Le mariage des jeunes filles est encore très courant, puisque, selon l'Onu, quelque 48.450 jeunes filles âgées de 10 à 14 ans se sont mariées en 2011, et au moins 1.537 fillettes de moins de dix ans se sont mariées en 2012. Le rapport note que l'Iran coopère davantage avec l'Onu sur le respect des conventions internationales sur les droits de l'homme. La République islamique a également invité le Haut commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein. Mais elle n'a pas invité l'enquêteur de l'Onu sur les droits de l'homme en Iran et 24 des 29 enquêtes lancées par l'Onu sur des cas spécifiques sont restées sans réponse. (Tom Miles; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer