1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Onu condamne les pendaisons de 36 prisonniers en Irak
Reuters23/08/2016 à 18:28

    BAGDAD, 23 août (Reuters) - L'exécution par pendaison ce 
week-end de trente-six hommes pour le massacre de soldats en 
Irak en 2014 a été "motivée par la vengeance" et n'a pas 
respecté les critères d'un procès équitable, a affirmé mardi 
l'Onu. 
    Les pendaisons ont eu lieu dimanche dans une prison de 
Nassiriya, dans le sud de l'Irak, selon une chaîne de télévision 
publique.  
    Les hommes exécutés, accusés d'être des activistes sunnites, 
avaient été condamnés pour leur participation au massacre du 
camp Speicher, commis il y a deux ans par l'Etat islamique qui a 
tué au moins 1.700 soldats, pour la plupart chiites, sur cette 
ancienne base militaire américaine située à proximité de Tikrit. 
    "Les individus qui ont été exécutés ont été condamnés 
uniquement sur la base d'informations fournies par des 
informateurs secrets ou par des confessions recueillies sous la 
contrainte", a déclaré Cécile Pouilly, porte-parole du Haut 
Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme. 
    Elle a précisé que l'avocat commis d'office pour les accusés 
était seulement intervenu au cours du procès pour une 
déclaration de trois minutes juste avant que le verdict soit 
prononcé. 
    Selon un récent rapport d'Amnesty International, un des 
hommes pendus avait confié que les accusés avaient été battus 
pour obtenir des aveux mais que ses plaintes avaient été 
ignorées et n'avaient jamais fait l'objet d'une enquête. 
    Des responsables politiques chiites irakiens ont multiplié 
les appels au gouvernement en faveur de l'exécution de 
djihadistes condamnés à mort après l'attentat revendiqué par 
l'EI qui a fait au moins 324 morts dans une rue commerçante de 
Bagdad le 3 juillet dernier. 
 
 (Maher Chmaytelli; Laura Martin pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer