Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'ombre de Nicolas Sarkozy sur la bataille pour l'UMP

Reuters05/09/2012 à 20:50

NICOLAS SARKOZY PRÉSENT MALGRÉ LUI DANS LA BATAILLE POUR LA PRÉSIDENCE DE L'UMP

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - L'estampille sarkozyste est devenue dans la campagne pour la présidence de l'UMP aussi convoitée que les voix des adhérents, preuve que l'ancien président continue d'incarner le "leadership" de la droite que se disputent François Fillon et Jean-François Copé.

De l'échéance présidentielle de 2017, il n'est singulièrement plus question dans les déclarations des deux favoris du congrès de novembre, qui font comme s'ils avaient intégré dans leurs plans de bataille l'hypothèse d'un retour de "l'ex"-leader naturel de l'opposition.

"L'ombre de Sarkozy écrase cette élection", souligne le politologue Thomas Guénolé.

"Tous les candidats sont amenés à se positionner par rapport à Nicolas Sarkozy, c'est quand même très significatif. En fait, Nicolas Sarkozy est toujours le patron de la droite", juge-t-il.

La question, "ce n'est même pas qu'il revienne - il est là", a résumé l'ancienne ministre Nadine Morano mercredi sur RMC.

Le ralliement à François Fillon de Christian Estrosi, qui apporte à l'ancien Premier ministre une caution sarkozyste notable, de même que les chaleureux hommages de Jean Sarkozy, fils cadet de l'ancien président, à Jean-François Copé, se décryptent à cette aune.

"Nicolas Sarkozy n'a pas intérêt à intervenir dans la guerre, mais ça n'empêche pas d'envoyer des signaux", analyse un ancien ministre UMP, qui considère que l'ancien chef de l'Etat doit observer le plus complet mutisme et se consacrer à ses engagements internationaux - une série de conférences à venir.

UNE ENTENTE SARKOZY-COPÉ?

Un ancien président qui tirerait les ficelles du scrutin interne des 18 et 25 novembre pour se ménager une fenêtre de tir? Cet autre connaisseur du premier parti d'opposition n'y croit pas. "Nicolas Sarkozy a tout intérêt à rester neutre, prendre parti pour un camp, ce serait s'aliéner l'autre".

Mercredi, Jean-François Copé a brandi la Une de L'Express - "Et si Sarkozy avait eu raison?" - devant des journalistes.

Le secrétaire général de l'UMP, imperturbable face aux sondages qui le donnent perdant, multiplie les références à l'ancien président avec la volonté de s'assurer les suffrages de militants restés très attachés à Nicolas Sarkozy.

Ce seront en effet les adhérents à jour de cotisation (environ 264.000) qui décideront du destin des deux ennemis en novembre. "Hier, ils vous ont amusé chez Fillon avec Estrosi, mais il y avait combien de militants dans la salle?", lâche un proche de Jean-François Copé.

En affirmant le 2 septembre qu'il s'effacerait s'il le fallait derrière Nicolas Sarkozy pour 2017, le député-maire de Meaux a nourri la thèse d'un accord avec l'ancien président dont la rumeur court dans les rangs fillonistes.

Reçu au Cap-Nègre le 24 août par Nicolas Sarkozy aux côtés de Brice Hortefeux, président de l'Association des Amis de Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé se pose désormais en héritier et serviteur putatif.

A 48 ans, il sait encore pouvoir tempérer ses ambitions élyséennes en "patientant", par exemple, à Matignon.

"Copé à la tête de l'UMP serait pour Nicolas Sarkozy une meilleure option que François Fillon, parce qu'il est beaucoup moins fédérateur et que donc ça maximise les chances que Sarkozy apparaisse comparativement comme le meilleur candidat en 2017", relève Thomas Guénolé.

"COMME DSK AVANT L'AFFAIRE DU SOFITEL"

François Fillon, 63 ans en 2017, serait donc l'homme à abattre? Un de ses proches s'indigne. "La part heureuse du sarkozysme, il pourrait presque la revendiquer".

Le député de Paris, qui a paru sentir le danger de primaires présidentielles ouvertes en 2016 en affirmant que l'élection de novembre était "une primaire avant l'heure", s'est démarqué de Nicolas Sarkozy dans une récente interview au Point en dépeignant le fillonisme comme une approche "plus sereine et plus pragmatique" des choses.

Ses propos sont plus mesurés depuis lors - il a répété mardi que les attaques visant Nicolas Sarkozy le visaient lui aussi - et il a souligné à l'adresse des "copéistes" que ceux qui tentaient de "mettre un coin" entre lui et l'ancien président ne l'"impressionnaient pas".

"François Fillon a-t-il un potentiel électoral supérieur à celui de Nicolas Sarkozy? A l'heure actuelle, je ne le pense pas", avance Thomas Guénolé.

"L'intérêt de Nicolas Sarkozy, c'est que le futur président de l'UMP ne comble pas l'attente du retour, ce qui est comparable un peu à la situation de Dominique Strauss-Kahn avant l'affaire du Sofitel", ajoute-t-il.

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, qui peut se targuer de connaître l'animal politique Sarkozy, jugeait récemment que la droite et la gauche lui écrivaient actuellement "un scénario possible tout à fait inouï".

"Faire émerger un nouveau chef, cela ne s'improvise pas. C'est beaucoup trop tôt pour permettre à une primaire de se dérouler. Nicolas Sarkozy reste aujourd'hui, pour la plupart des dirigeants et des militants, son chef naturel", dit-il dans Libération.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.