Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'objet surréaliste, invitation au rêve et à l'imagination au Centre Pompidou

RelaxNews31/10/2013 à 10:53

AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

(AFP) - La pelle à neige "en prévision d'un bras cassé" de Marcel Duchamp, le soulier scatologique et le téléphone-homard de Dali, la table-loup de Victor Brauner, le métronome à un oeil de Man Ray... à travers plus de 200 oeuvres bizarres invitant à la réflexion, le Centre Pompidou propose une fascinante plongée dans le surréalisme.

Exposition entièrement dédiée à ce mouvement artistique des années vingt et trente à l'origine des avant-gardes du XXe siècle, "Le Surréalisme et l'objet" permet de comprendre l'influence majeure de cette approche artistique déconcertante à première vue, qui continue de nourrir la création.

Détournant des objets du quotidien, les premiers artistes surréalistes dont André Breton, auteur du manifeste fondateur de ce mouvement, mais aussi Magritte, Dali, Duchamp, Picasso, Max Ernst et Alexander Calder, ont eu l'idée de "matérialiser le rêve et l'imagination".

"C'est l'idée de déchirer le voile du réel pour provoquer l'intrusion du surnaturel par l'imagination. On peut parler de +poèmes-objets+", a souligné à l'AFP Didier Ottinger, directeur-adjoint du Musée national d'art moderne et commissaire de l'exposition.

Marcel Duchamp a été l'un des premiers surréalistes à considérer des objets manufacturés comme des objets d'art, parfois en apposant juste une signature ou en y inscrivant une phrase pour inviter à la réflexion ou à la rêverie.

Parmi ses "ready made" les plus célèbres, un simple urinoir en porcelaine signé et intitulé "Fontaine" (1917). Exposée en 2006 au centre Pompidou, l'oeuvre n'est pas présentée cette fois-ci. Armé d'un petit marteau, un visiteur l'avait ébréché dans un attentat artistique.

D'autres objets surréalistes de Marcel Duchamp sont exposés: son "porte-bouteilles hérisson" déniché en 1914 dans les rayons du Bazar de l'Hôtel de Ville, et aussitôt consacré "oeuvre d'art", mais aussi la "cage à oiseau"... sans oiseau mais avec des indices: un os de seiche, un thermomètre et des morceaux de sucre.

Toutes les interprétations, même les plus farfelues, réjouissaient Duchamp car, pour lui, elles étaient avant tout le fruit d'une imagination pure déclenchée par ses oeuvres.

"Dépasser le réel"

De Duchamp aux sculptures de Miro dans les années 60, l'exposition retrace l'histoire de la "mise au défi" surréaliste. "Le geste dadaïste (du mouvement Dada) était nihiliste et iconoclaste. L'objet surréaliste va être la réponse pour dépasser le réel", explique Didier Ottinger, rappelant que la fine fleur des surréalistes rejoint le Parti Communiste dans les années trente dans une volonté de rupture avec l'ordre bourgeois.

Dans une mise en scène intimiste invitant à une dérive poétique, la "Boule suspendue" (1930-1931), d'Alberto Giacometti, métaphore de l'acte sexuel, la poupée à quatre jambes de, Hans Bellmer, et la "Gouvernante", de Meret Oppenheim, sorte de gigot ficelé composé de deux chaussures de femmes, comptent parmi les objets surréalistes les plus emblématiques présentés à Beaubourg.

Des oeuvres plus récentes s'inscrivant dans ce mouvement artistique international toujours vivace sont également exposées dont un tableau de l'Américaine Cindy Sherman, pionnière de la photographie postmoderne et de l'art conceptuel, dans une variation sans titre sur "l'origine du monde" présentant un bassin humain affublé des sexes masculin et féminin, et évoquant la menstruation.

Sous forme d'un gigantesque cabinet de curiosités, l'incroyable foisonnement des objets surréalistes présentés a été rendu possible par une longue collecte auprès de collectionneurs privés qu'il a fallu convaincre de prêter leurs trésors.

Pour Didier Ottinger, le surréalisme occupe une place singulière dans l'histoire des avant-gardes du XXe siècle: "Davantage qu'à un mouvement artistique voué à la promotion de formes inédites, c'est à une philosophie, à une science d'un nouveau type que s'apparente le mouvement fondé par André Breton".

En complément du catalogue, le Centre Pompidou et les éditions Gallimard publient le premier "Dictionnaire de l'Objet surréaliste", celui qui, selon Didier Ottinger, concilie "l'appel au rêve, le soucis du réel et la psychanalyse".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.