1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'obésité progresse plus à la campagne qu'en ville, selon une étude
Le Parisien08/05/2019 à 23:24

L'obésité progresse plus à la campagne qu'en ville, selon une étude

Et si, contrairement à une idée répandue, l'épidémie mondiale d'obésité provenait davantage des campagnes que du mode de vie urbain ? C'est ce qu'avance une vaste étude publiée mercredi. « L'obésité augmente plus rapidement dans les zones rurales de la planète que dans les villes », écrivent les auteurs de cette étude parue dans la revue Nature.« Cela signifie que nous devons repenser notre manière de répondre à ce problème mondial de santé publique », estime dans un communiqué l'auteur principal de l'étude, le professeur Majid Ezzati, de l'Imperial College de Londres.55 % de la hausse de l'IMC dans les zones ruralesCes travaux compilent plus de 2000 précédentes études, portant sur 112 millions d'adultes de 200 pays entre 1985 et 2017.Les chercheurs se sont focalisés sur l'évolution de l'indice de masse corporelle (IMC) de tous ces individus durant cette période. Cet indice sert à mesurer le surpoids et l'obésité. On l'obtient en divisant le poids (en kilos) par la taille (en mètres) au carré. Au-dessus de 25 pour un adulte, on est en surpoids. À partir de 30, on parle d'obésité.Selon l'étude, de 1985 à 2017, l'IMC a globalement augmenté de 2 points pour les femmes et de 2,2 pour les hommes, soit un gain de poids de 5 à 6 kilos en moyenne par individu.Or, « 55 % de cette hausse globale est due à l'augmentation observée dans les zones rurales », selon l'étude. Dans certains pays à faibles et moyens revenus, les zones rurales comptent même pour 80 % de l'augmentation.Les citadins mieux nourris et plus sportifsEn outre, durant les 32 années étudiées, l'augmentation moyenne de l'IMC dans les zones rurales a été de 2,1 points pour les hommes comme pour les femmes, alors qu'elle n'a été que de 1,3 pour les hommes et 1,6 pour les femmes dans les villes.« Les résultats de cette vaste étude contredisent l'idée communément répandue selon laquelle l'augmentation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pietra3
    09 mai09:51

    conséquences , de ce que les industries alimentaires cherchent de nouveaux marchés .....................

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer