Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Israélien Steinitz s'attend à un "mauvais accord" avec l'Iran

Reuters23/03/2015 à 16:42

(Ajoute déclarations, contexte) par John Irish PARIS, 23 mars (Reuters) - L'Iran et les grandes puissances impliquées dans les négociations sur son programme nucléaire parviendront probablement à un "mauvais accord", a estimé lundi Yuval Steinitz, ministre israélien des Affaires stratégiques et du Renseignement. L'Etat hébreu continuera néanmoins à réclamer davantage de fermeté avant la reprise des discussions, jeudi, a-t-il souligné. "Nous pensons qu'il s'agira d'un mauvais accord, insuffisant", a déclaré le ministre, également chargé des Relations internationales, dans un entretien accordé à Reuters. Le texte qui se dessine n'empêchera pas la République islamique de rester une puissance "au seuil" du nucléaire, a-t-il poursuivi, ajoutant que l'Etat hébreu signalera aux négociateurs les "failles et les difficultés" qui peuvent encore être surmontées. La France, les Etats-Unis et les quatre autres puissances du P5+1 (Allemagne, Chine, Russie, Royaume-Uni, Allemagne) ont suspendu vendredi les négociations avec Téhéran qui visent à mettre un terme au contentieux sur le programme nucléaire de la République islamique. Téhéran se défend de vouloir se doter de l'arme atomique. Les négociateurs se sont donné jusqu'au 31 mars pour conclure un accord politique, et jusqu'au 30 juin pour en spécifier les modalités techniques et parvenir à un accord définitif. Israël, seul pays du Proche-Orient muni d'un arsenal nucléaire, même s'il ne le confirme pas officiellement, ne participe pas aux négociations mais considère l'émergence d'un Iran nucléarisé comme une menace pour sa propre existence et n'exclut pas d'empêcher par des moyens militaires la République islamique de posséder la bombe atomique. CENTRIFUGEUSES L'Etat hébreu présente la France comme la puissance dont les opinions sont les plus proches des siennes sur ce dossier. Interrogé à Paris avant de rencontrer les conseillers du président François Hollande, Yuval Steinitz a déclaré que deux points fondamentaux méritaient selon lui d'être durcis: le nombre de centrifugeuses (machines qui servent à purifier et enrichir l'uranium) que l'Iran aura toujours le droit d'utiliser après l'accord, et ses capacités en matière de recherche et développement. L'accord en cours de négociation cherche entre autres à fixer à au moins un an le délai ('break-out time') nécessaire à l'Iran pour constituer un stock de matière fissile (uranium hautement enrichi ou plutonium) suffisant pour fabriquer une bombe A. Le ministre israélien estime que l'accord en l'état, qui autoriserait environ 6.000 centrifugeuses, permettrait à l'Iran de "se ruer vers la bombe" en neuf à dix mois, car ses infrastructures nucléaires n'auront pas été démantelées. Selon le secrétaire d'Etat américain John Kerry, les discussions de la semaine passée à Lausanne ont permis de réaliser de véritables progrès en vue d'un accord. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a rappelé pour sa part que la France souhaitait la conclusion d'un accord-cadre avant la fin du mois, à condition que celui-ci interdise réellement à l'Iran de se doter de l'arme atomique. (Edité par Jean-Philippe Lefief et Jean-Stéphane Brosse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.