1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Iran prêt à agir contre l'EI en échange d'avancées sur le nucléaire
Reuters21/08/2014 à 21:26

DUBAI, 21 août (Reuters) - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a indiqué que la république islamique était prête à participer à la lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak à condition d'obtenir au préalable des progrès dans les négociations internationales sur son programme nucléaire. "Si nous acceptons d'agir en Irak, l'autre camp dans ces négociations devra faire un geste en échange", a-t-il déclaré mercredi soir. "Toutes les sanctions imposées contre l'Iran en raison de ses activités nucléaires devraient être levées en échange de son aide en Irak", a précisé le ministre iranien, cité par l'agence officielle de presse Irna. La progression des djihadistes sunnites dans le nord de l'Irak menace l'intégrité territoriale du pays, majoritairement chiite, et inquiète tant les Etats-Unis que l'Iran, principale puissance chiite. Alors même que les deux pays n'ont plus de relations diplomatiques depuis la prise d'otages à l'ambassade américaine de Téhéran de 1979-1981, l'Iran a proposé de coopérer avec les Etats-Unis pour stabiliser l'Irak. Washington a accueilli cette offre avec prudence. Les Occidentaux soulignent parallèlement que la question du nucléaire iranien est distincte des autres sujets qui agitent la région. C'est ce qu'a répété mercredi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. "Il ne s'agit pas d'échanger une chose contre une autre. (...) Ce n'est pas parce que l'Iran y participerait (ndlr, à une conférence internationale sur la lutte contre l'Etat islamique proposée par la France) que nous allons dire que le problème de l'Iran nucléaire est réglé", a-t-il dit. "Ce sont deux problèmes qui sont de nature différente et il serait dangereux de rentrer dans un système où on échangerait une chose contre une autre." (Michelle Moghtader avec John Irish à Paris; Henri-Pierre André pour le service français)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3435004
    22 août12:29

    La peste ou le choléra, il faut choisir !

    Signaler un abus

  • LeRaleur
    21 août23:45

    La taqyyia, toujours la taqyyia, rien que la taqyyia.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer