1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Iran livre des armes au Hezbollah avec des avions civils-Israël
Reuters22/11/2016 à 21:28

    NATIONS UNIES, 22 novembre (Reuters) - Le Corps des gardiens 
de la révolution islamique (CGRI), une organisation 
paramilitaire iranienne, livre des armes aux Hezbollah au moyen 
de vols aériens commerciaux, accuse l'ambassadeur d'Israël 
auprès des Nations unies. 
    Dans un courrier adressé mardi au Conseil de sécurité de 
l'Onu, Danny Danon affirme que Téhéran utilise des compagnies 
aériennes telles que Mahan Air, un transporteur déjà sanctionné 
par les Etats-Unis. 
    Ni la mission iranienne aux Nations unies ni Mahan Air 
n'étaient disponibles dans l'immédiat pour commenter ces 
accusations. 
    Selon Danny Danon, des officiers de la force d'élite Al 
Qods, une composante du CGRI, placent des armes et du matériel 
militaire dans des valises qui sont livrées au Hezbollah par des 
vols commerciaux en direction de Damas, en Syrie, et de Beyrouth 
ou au Liban par voie terrestre. 
    "Il est clair que l'Iran reste le premier fournisseur 
d'armes et de matériel au Hezbollah, en violation flagrante d'un 
grand nombre de résolutions des Nations unies", écrit-il. 
    "Le Conseil de sécurité doit condamner l'Iran et le 
Hezbollah pour la violation de ses résolutions." 
    Dans ce courrier adressé aux 15 membres du Conseil de 
sécurité, et auquel Reuters a eu accès, Danny Danon n'apporte 
aucune preuve à l'appui de ses accusations. 
    Celles-ci pourraient toutefois alimenter le débat sur 
l'accord sur le programme nucléaire iranien conclu en juillet 
2015 entre Téhéran, Washington et cinq autres capitales. 
    Cet accord a été vivement critiqué par le futur président 
américain Donald Trump et par certains responsables qu'il a 
nommés à des postes clés de la défense et de la sécurité. 
    Ils jugent le texte insuffisant pour faire cesser le soutien 
que, disent-ils, l'Iran apporte au terrorisme. 
 
 (Michelle Nichols, Nicolas Delame pour le service français, 
édité par Gilles Trequesser) 
 

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • acharbi1
    22 novembre22:59

    Le Liban est le Hezbollah,térroriste ne respectent pas la résolution 1701 des Nations unies , sur le désarmement des milices et c'est pour ça qu'elle commettent des exactions en Syrie,et les territoires de Judée Samarie, disputés devront être négocié avec les états arabes

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer