Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Iran et les "six" prêts à des compromis

Reuters29/03/2015 à 19:27

* Kerry, Fabius et Steinmeier chamboulent leur programme * Israël dénonce l'accord qui semble se dessiner * L'Iran serait prêt à des concessions * "Tout peut encore s'effondrer", avertit un diplomate par Parisa Hafezi et John Irish et Louis Charbonneau LAUSANNE, Suisse, 29 mars (Reuters) - L'Iran et les grandes puissances impliquées dans les négociations sur son programme nucléaire envisagent de faire des compromis pour débloquer la situation, mais des divergences persistent sur plusieurs points, a-t-on appris dimanche de sources proches des discussions. La République islamique se dit prête à accepter de limiter le nombre de ses centrifugeuses à moins de 6.000 et de transférer la majeure partie de son uranium enrichi en Russie, précise-t-on, ce qui serait une avancée majeure. Les puissances occidentales envisageraient quant à elles de l'autoriser à poursuivre ses activités d'enrichissement à des fins médicales et dans un cadre strictement défini. Téhéran, qui insistait pour conserver près de la moitié de ses 20.000 centrifugeuses, a fait savoir en novembre que Washington jugeait le chiffre de 6.000 acceptable. Les négociateurs iraniens cherchent depuis à le porter entre 6.500 et 7.000. Selon les sources citées, tous les points de la discussion sont étroitement liés. "Tout peut encore s'effondrer", a déclaré un diplomate occidental interrogé par Reuters, selon lequel les discussions pourraient s'étaler jusqu'à mardi, la date-butoir que les parties se sont fixée pour la conclusion d'un accord-cadre censé ouvrir la voie à un règlement définitif avant la fin juin. Entre autres divergences, l'Iran et les Etats membres du P5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie et Chine, ainsi que l'Allemagne) ne parviennent à s'entendre ni sur la recherche et développement dans le domaine des centrifugeuses, ni sur le calendrier de la levée des sanctions internationales. "ENCORE BEAUCOUP DE TRAVAIL" Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius et son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier ont chamboulé leur programme pour se consacrer à ces discussions. Le premier a ainsi renoncé à se rendre à Boston pour une cérémonie en l'honneur de son mentor Edward Kennedy, décédé en 2009, et les deux autres ont annulé un voyage au Kazakhstan prévu lundi, a-t-on appris de sources diplomatiques. "Nous sommes optimistes, mais il y a encore beaucoup de travail", a déclaré Laurent Fabius, qui devait s'entretenir dans la journée avec ses homologues russe et chinois, Sergueï Lavrov et Wang Yi. "Cet accord, tel qu'il semble se dessiner, confirme tout ce que nous redoutions et même au-delà", a quant à lui déploré le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, s'adressant à ses ministres à Jérusalem. Evoquant le conflit yéménite, le Premier ministre israélien a en outre accusé l'Iran de chercher à "conquérir le Moyen-Orient tout entier". "L'axe Iran-Lausanne-Yémen est très dangereux pour l'humanité et doit être rompu", a-t-il insisté. L'Etat hébreu, qui prône le démantèlement complet du programme nucléaire iranien, redoute que le texte négocié à Lausanne ne laisse à la République islamique les moyens de se doter à terme de l'arme atomique. "Il y a encore de gros doutes aux Etats-Unis et en France, même en Angleterre", a quant à lui souligné le ministre israélien des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz, exprimant l'espoir d'un échec des discussions. Le gouvernement israélien considère la France comme son plus proche allié sur ce dossier. Samedi, Laurent Fabius avait souhaité que les négociations de Lausanne aboutissent à un "accord robuste". ID:nL6N0WU00V John Kerry et son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, qui se trouvent en Suisse depuis plusieurs jours, ont eu plusieurs séances de discussions samedi et se sont vus de nouveau dimanche matin. (Henri-Pierre André, Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.