1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Iran durcit le ton face aux manifestants
Reuters31/12/2017 à 11:31

L'IRAN DURCIT LE TON FACE AUX MANIFESTANTS

LONDRES (Reuters) - Les autorités de Téhéran ont durci le ton dimanche face aux manifestants qui protestent depuis jeudi contre la vie chère et le gouvernement en Iran, avertissant qu'ils seraient sévèrement punis en cas d'infraction à la loi.

Deux manifestants ont été tués par balles samedi soir à Doroud, dans l'ouest du pays, premières victimes signalées lors d'une contestation sans précédent depuis la grande vague de manifestations contre la réélection de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad en 2009.

La mort des deux protestataires, d'abord annoncée via les réseaux sociaux, a été confirmée dimanche matin par un responsable iranien, qui a attribué leur décès à des "agents étrangers".

"De violents affrontements ont éclaté lors du rassemblement illégal samedi à Doroud et deux personnes ont malheureusement été tuées", a déclaré le gouverneur adjoint de la province de Lorestan, cité par la télévision publique.

"Aucun coup de feu n'a été tiré par la police et les forces de sécurité", a ajouté Habibollah Khojastehpour. "Nous avons retrouvé la trace d'ennemis de la révolution, de groupes takfiris et d'agents étrangers dans ces affrontements."

Le terme takfiri désigne les islamistes radicaux sunnites.

Le ministre iranien de l'Intérieur, Abdolreza Rahmani Fazli, a de son côté adressé une mise en garde aux manifestants, diffusée par les médias officiels: "Ceux qui endommagent les biens publics, enfreignent la loi et créent des troubles sont responsables de leurs actes et devront en payer le prix", a-t-il dit.

Des banques et des bâtiments publics ont été pris pour cibles et une moto de la police a été incendiée lors des manifestations qui ont débuté jeudi à Mashhad, deuxième ville du pays, avant de s'étendre à de nombreuses autres villes, dont Téhéran.

UN CASSE-TÊTE POUR LE GOUVERNEMENT

Ahmad Khatami, un imam ultraconservateur qui conduit les prières du vendredi à Téhéran, a comparé les manifestations à celles de 2009 et préconisé la peine de mort contre les personnes scandant des slogans hostiles aux valeurs de la République islamique.

D'abord organisés pour protester contre la hausse des prix, les rassemblements ont également pris un tour politique, fait rare en Iran, et des slogans visant les mollahs, le président Hassan Rohani ou le guide suprême de la Révolution, l'ayatollah Ali Khamenei, ont pu être entendus.

Ces manifestations représentent un défi pour la police ou les gardiens de la Révolution, qui avaient supervisé la répression brutale du soulèvement de 2009, en raison de leurs motivations économiques et de l'absence de leader.

Elles sont aussi un casse-tête pour le gouvernement d'Hassan Rohani, qui a été réélu cette année sur la promesse de garantir la liberté d'expression et de réunion.

La principale réalisation du chef de l'Etat lors de son premier mandat, l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, censé aboutir à une levée progressive des sanctions internationales contre Téhéran, n'a pas apporté les bénéfices économiques escomptés et promis par le gouvernement.

Le taux de chômage atteint 12,4% de la population active et l'inflation avoisine les 8%, alors que les pénuries de certains produits alimentaires accroissent le sentiment de précarité de nombreuses familles.

(Bozorgmehr Sharafedin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ZvR
    31 décembre14:06

    Les mêmes mains baladeuses qui se sont réunies il y a quelques jours pour discuter de la lutte contre la "menace" iranienne?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer