Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Iran a un rôle à jouer dans la lutte contre l'EI, dit Kerry

Reuters20/09/2014 à 06:56

(Actualisé avec réactions iranienne et russe, et précisions sur la déclaration du Conseil) NATIONS UNIES, 19 septembre (Reuters) - L'Iran a un rôle à jouer au sein de la coalition internationale formée à l'initiative des Etats-Unis pour combattre les djihadistes de l'Etat islamique, a estimé vendredi le secrétaire d'Etat américain John Kerry. "La coalition nécessaire pour éliminer l'EIIL (l'Etat islamique, NDLR) n'est pas seulement, ni même en premier lieu, militaire par nature", a déclaré le chef de la diplomatie américaine lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à l'Irak. "Elle doit être globale et comprendre une étroite collaboration via des efforts multiples. Il s'agit de supprimer un réseau entier, d'anéantir et de discréditer une organisation sectaire qui se fait passer pour un mouvement religieux", a poursuivi John Kerry. "Il y a un rôle à jouer pour pratiquement chaque pays dans le monde, l'Iran y compris." Le guide suprême de la Révolution islamique iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a décliné cette semaine une offre de Washington, qui proposait des discussions sur la lutte contre l'EI. L'Iran chiite est le principal allié des ennemis du mouvement en Irak et en Syrie. "La République islamique d'Iran est le seul pays de la région qui soit capable de faire preuve d'une détermination sans faille à aider le gouvernement irakien et à coopérer avec lui pour venir en aide à tous ceux qui sont menacés par l'EIIL", a souligné vendredi Abbas Araqchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères, devant le Conseil de sécurité. "Toute initiative ayant pour but de remédier à un problème régional doit venir de la région elle-même et se fonder sur la coopération régionale. La lutte contre l'extrémisme n'échappe pas à la règle", a-t-il ajouté. La réunion a été organisée à la demande des Etats-Unis, qui président le Conseil de sécurité pour le mois de septembre. Selon Barack Obama, 40 pays ont pour l'instant promis de participer à la coalition contre l'EI. ID:nL6N0RJ5IZ FABIUS: "UN DEVOIR POUR NOUS TOUS" La France a annoncé vendredi matin avoir mené sa première frappe aérienne contre le mouvement en Irak. ID:nL6N0RK2EI "En 2003, une action contre l'Irak était un sujet de division de ce Conseil; en 2014, agir pour l'Irak et contre les terroristes de Daech (acronyme arabe de l'EI, NDLR) est un devoir pour nous tous", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, faisant référence au refus de la France participer à la guerre contre l'Irak de Saddam Hussein lancée en 2003 par le gouvernement de George W. Bush. Par la voix de Vitali Tchourkine, son ambassadeur à l'Onu, la Russie, alliée de Damas, a par ailleurs exprimée l'"extrême inquiétude" que lui inspire les projets de raids aériens contre les djihadistes sans l'aval des autorités syriennes. "Les opérations antiterroristes internationales doivent être menées avec l'aval du gouvernement souverain ou avec celui du Conseil de sécurité. Toutes les autres formules sont illégales et nuisent à la stabilité internationale et régionale", a-t-il souligné. Jeudi, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration invitant "la communauté internationale à renforcer et à élargir, dans le respect du droit international, l'appui qu'elle fournit au gouvernement iraquien dans sa lutte contre l'EIIL et les groupes armés qui lui sont associés. "Il se félicite de la tenue de la Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Iraq, le 15 septembre 2014 à Paris, ainsi que de la réunion au sommet consacrée à la lutte contre la menace mondiale créée par les combattants terroristes étrangers qu'il va lui-même tenir le 24 septembre prochain", peut-on y lire. Lors de la réunion du Conseil, Nickolaï Mladenov, représentant spécial du secrétaire général de l'Onu pour l'Irak, a fait état de 8.500 mort, de 16.000 blessés et de 1,8 million de déplacés depuis janvier dont 850.000 ont trouvé refuge au Kurdistan. (Michelle Nichols et Louis Charbonneau; Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.