Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Insee abaisse ses prévisions de croissance pour la France

Reuters06/10/2016 à 18:25

LA PRÉVISION DE CROISSANCE DE LA FRANCE RÉDUITE PAR L'INSEE

PARIS (Reuters) - L'économie française ne se remet que graduellement de son trou d'air du printemps et affichera sur l'ensemble de 2016 une croissance limitée à 1,3%, prédit jeudi l'Insee, qui confirme cependant prévoir une baisse du chômage à la fin de l'année.

Par rapport à ses précédentes prévisions, qui remontaient à fin juin, l'institut revoit en baisse de 0,3 point le produit intérieur brut attendu pour cette année après le chiffre négatif (-0,1%) du deuxième trimestre, le premier depuis l'hiver 2013.

Il rejoint le niveau des dernières anticipations des organisations internationales comme l'OCDE, le FMI ou la Commission européenne, là où le gouvernement s'accroche à son scénario de croissance de 1,5%.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin, a estimé dans une déclaration transmise à Reuters que ces nouvelles prévisions "prennent en compte les conséquences des grèves du printemps et des attentats terroristes de l’été."

Mais pour lui, "la croissance française reste cependant solide et les prévisions de l’Insee ne remettent en cause ni notre objectif de déficit public pour 2016, ni notre prévision de croissance pour 2017" qui, à 1,5% également, a suscité le scepticisme du Haut conseil des finances publiques.

Contredit sur la croissance, l'exécutif voit en revanche ses espoirs d'inversion de la courbe du chômage confortés par la note de l'Insee, qui estime qu'une croissance de 1,3% "serait suffisante pour que l'emploi continue de progresser et que le chômage recule encore, à petits pas".

L'institut confirme sa prévision d'un retour du taux de chômage selon les critères du Bureau international du travail (BIT) à 9,5% en métropole (9,8% avec les Dom) fin 2016, soit 0,4 point de moins qu'un an plus tôt.

Dans le détail, l'Insee table sur une progression du PIB de 0,2% au troisième trimestre et de 0,4% au quatrième, envisageant une amélioration graduelle après le profil très contrasté du début d'année (+0,7% au premier trimestre, -0,1% au deuxième).

Elle sera notamment alimentée par un net rebond de la production manufacturière (+1,0% au troisième trimestre), qui avait été pénalisée par la grève des raffineries du printemps.

Dans les services, l'hôtellerie-restauration continuera de souffrir des répercussions des attentats de juillet à Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), anticipe l'institut.

INCERTITUDE SUR LE COMMERCE EXTÉRIEUR

La consommation des ménages, moteur traditionnel de l'économie française dont l'évolution a contribué à la trajectoire heurtée de début 2016, resterait atone au troisième trimestre (+0,1%) avant de se redresser (+0,5%) au quatrième, dans le sillage du pouvoir d'achat (+1,8% sur l'année).

Sur l'ensemble de l'année, la croissance sera principalement due à la demande intérieure, la reprise de l'investissement venant s'ajouter à une consommation en hausse de 1,5%.

Après avoir pesé négativement pendant quatre ans, l'investissement des ménages, essentiellement en logement neuf, se stabiliserait (+0,2%) et celui des administrations devrait lui aussi rebondir (+1,6%) après deux années de net recul, les collectivités locales retrouvant des marges de manoeuvre financières.

L'investissement des entreprises, dans un contexte de taux bas et de marges redressées, progresserait quant à lui de 3,6%, une hausse d'une ampleur inédite depuis 2011.

A 1,3%, soit le même rythme qu'en 2015, la France connaîtrait pour la troisième année consécutive une croissance inférieure à celle de la zone euro, qui atteindrait 1,6%, a relevé devant la presse Dorian Roucher, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee.

"Comparée à ses voisins, le point noir de l'économie française reste le commerce extérieur", qui devrait contribuer négativement à la croissance cette année, à hauteur de -0,4 point.

Décevantes au premier semestre, même en tenant compte de la faiblesse de la demande mondiale, les exportations ne devraient que modérément rebondir sur la deuxième partie de l'année, a-t-il expliqué. Elles seront notamment ralenties par le contrecoup des livraisons de grands contrats navals au printemps et le net recul des ventes de céréales lié aux mauvaises récoltes.

L'évolution des exportations au deuxième semestre est un des principaux aléas invoqués par l'Insee pour ses dernières prévisions : "Elles pourraient surprendre à la hausse en compensant plus nettement les déceptions de début d'année, ou bien de nouveau décevoir, interrogeant alors sur la capacité de l'économie française à restaurer sa compétitivité."

(Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.