Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'inflation estimée à 3,1% sur un an, au plus haut depuis 2008
information fournie par Reuters29/07/2021 à 15:16

L'INFLATION ESTIMÉE À 3,1% SUR UN AN, AU PLUS HAUT DEPUIS 2008

L'INFLATION ESTIMÉE À 3,1% SUR UN AN, AU PLUS HAUT DEPUIS 2008

BERLIN (Reuters) - La hausse des prix s'est accélérée en Allemagne plus que prévu en juillet pour atteindre son plus haut niveau en 13 ans, dépassant l'objectif fixé par la Banque centrale européenne, montre jeudi la première estimation de Destatis, l'office fédéral de la statistique.

L'indice des prix à la consommation calculé aux normes européennes (IPCH) a augmenté de 3,1% sur un an, après 2,1% en juin en rythme annuel, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 2,9%.

Il s'agit d'un plus haut depuis août 2008.

D'un mois sur l'autre, l'inflation ressort à 0,5%, précise Destatis, un chiffre conforme au consensus Reuters.

La BCE se fixe désormais un objectif d'inflation dans la zone euro symétrique de 2% en rythme annuel.

Cette nouvelle augmentation du taux d'inflation s'explique notamment par la remontée de la TVA, explique Destatis dans son communiqué.

Pour Holger Schmieding, économiste chez Berenberg, l'augmentation des prix de certaines entreprises du secteur des services avec la reprise d'activité est également un facteur à prendre en compte.

"Dans les mois à venir, le taux d'inflation restera élevé et aura même tendance à augmenter quelque peu", a-t-il ajouté.

Jens Weidmann, président de la Bundesbank, s'est dit la semaine dernière inquiet à l'idée que l'environnement de taux bas de la Banque centrale européenne perdure trop longtemps, ajoutant que son groupe d'experts anticipait une inflation proche de 5% en Allemagne en fin d'année.

La BCE s'est engagée à maintenir des taux bas pour une période prolongée et à soutenir l'économie de la zone euro jusqu'à ce que l'inflation se stabilise durablement à 2%.

(Reportage Paul Carrel, version française Laetitia Volga, édité par Sophie Louet)

7 commentaires

  • 29 juillet18:14

    Il suffit de ne consommer plus que le stricte nécessaire