1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'imposition des allocations familiales semble écartée
Reuters19/02/2013 à 18:34

LE GOUVERNEMENT SEMBLE ÉCARTER L'IMPOSITION DES ALLOCATIONS FAMILIALES

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin ont paru écarter mardi l'idée, suggérée par le Premier président de la Cour des comptes, d'une imposition des allocations familiales pour réduire les déficits publics français.

Selon le député socialiste Daniel Vaillant, le Premier ministre l'a laissé entendre lors d'une intervention devant le groupe PS de l'Assemblée nationale.

"La question, c'est de mieux gérer les dépenses publiques mais de le faire de telle manière qu'un certain nombre de politiques comme celle de la famille, qui donne des résultats, ne soient pas remises en cause", a dit le chef du gouvernement, cité par l'ancien ministre de l'Intérieur.

Dans une interview à l'hebdomadaire Paris Match, le ministre du Travail va plus loin encore en estimant que le moment est venu d'une pause dans les hausses d'impôt.

"Le gouvernement a légitimement demandé aux Français, notamment aux plus aisés, un effort pour redresser les finances publiques. Il serait bienvenu de respecter une pause avant de penser à une nouvelle hausse, directe ou indirecte, des impôts", dit Michel Sapin.

Lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a été plus nuancé et s'est borné à dire que le gouvernement n'avait "pris aucune décision en la matière pour l'instant".

Le gouvernement admet aujourd'hui qu'il ne sera pas possible cette année de tenir l'objectif d'un déficit public ramené à 3% du PIB de la France, en raison du ralentissement de l'activité économique qui devrait être nettement inférieur au taux de 0,8% retenu pour confectionner le budget 2013.

L'équation est d'autant plus délicate à résoudre pour le budget de l'année prochaine. Face au besoin de financement de l'Etat, le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a suggéré, par exemple, une fiscalisation des allocations familiales.

Emile Picy, Sophie Louet et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1531771
    19 février18:51

    De toutes les façons ce sont encore les classes moyennes qui vont payer pour les autres, rien de bien nouveau finalement !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer