1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'exécution d'Atlaoui aurait des "conséquences", prévient Fabius
Reuters21/04/2015 à 16:51

PARIS, 21 avril (Reuters) - L'exécution de Serge Atlaoui, un Français condamné à mort en Indonésie, aurait des "conséquences" sur les relations entre Paris et Djakarta, a prévenu mardi le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius. Le dernier recours exercé par Serge Atlaoui contre sa condamnation à la peine de mort --une demande de révision de son procès-- pour trafic de drogues a été rejeté mardi. "Nous continuons à espérer un geste de clémence mais nous sommes extrêmement préoccupés par cette décision et cette menace qui, si elle était mise à exécution, aurait évidemment des conséquences sur les relations entre ce pays et la France", a déclaré mardi Laurent Fabius. "Ce qui nous choque dans cette affaire, c'est bien évidemment le sort de notre compatriote, mais aussi le fait que tout le monde reconnaît qu'il n'a joué qu'un rôle mineur, à supposer qu'il ait joué un rôle", a-t-il ajouté lors d'un point presse au quai d'Orsay, où il recevait son homologue cubain. Serge Atlaoui fait partie d'un groupe de condamnés à mort, majoritairement étrangers, qui attendent dans le "couloir de la mort" en Indonésie. Arrivé au pouvoir en octobre, le président Joko Widodo, qui a promis d'être intransigeant dans la lutte contre le trafic de drogues, a rejeté les appels à la clémence des autorités de plusieurs pays, parmi lesquels la France. François Hollande avait lui-même appelé le président indonésien pour lui demander d'épargner le Français. (Chine Labbé, avec Reuters TV, édité par Yann Le Guernigou)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M169421
    21 avril17:18

    Il faut comprendre qu'en Indonésie, ils sont intransigeants, et tremper dans un trafic de drogues est passible de la peine de mort,c'est la loi. C'est triste mais ce n'est pas la France qui minimise tout malgré les lois,et bien là bas, ils les appliquent. Le pauvre gars devait bien savoir à quoi il s'exposait,surtout dans des pays comme ça! c'est pas le club med comme chez nous.

    Signaler un abus

  • frk987
    21 avril17:15

    Quelles conséquences ??? non mais vraiment ce pauvre Fabius n'a pas encore compris que la France n'existe plus en tant que puissance économique. Au lieu d'acheter des airbus ils achèterons Boeing et les c.. de l'affaire ce sera comme d'hab, NOUS !!!!!

    Signaler un abus

  • maximan
    21 avril17:02

    là à mon avis les 230 millions d'indonésiens doivent commencer à bali-ser sec si Fabius s'énerve

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer