Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'exécutif tente d'éteindre le feu sur la loi Travail

Reuters01/03/2016 à 18:49

L'EXÉCUTIF VEUT ÉVITER UN BLOCAGE SUR LA RÉFORME DU CODE DU TRAVAIL

PARIS (Reuters) - François Hollande et Manuel Valls multiplient les gestes d'apaisement pour éviter un blocage de la réforme du Code du travail et une mobilisation durable des syndicats et des mouvements de jeunes.

Le chef de l'Etat a jugé "légitimes" mardi les interrogations sur le texte, critiqué par l'ensemble des syndicats et une partie des socialistes, et assuré qu'il serait modifié.

Le Premier ministre a promis quant à lui de réunir les députés socialistes en séminaire la semaine prochaine, en plus des partenaires sociaux, et s'est dit prêt à discuter du futur barème des indemnités prud'homales, un des principaux points de blocage à gauche et chez les syndicats.

"Ce débat doit avoir lieu, je suis à l'écoute à la fois des partenaires sociaux et bien sûr du Parlement", a-t-il dit devant les députés mardi, au lendemain du report au 24 mars de la présentation du texte au conseil des ministres.

Son entourage avait précisé lundi que le plafonnement des indemnités serait conservé mais qu'il était possible de "faire bouger les curseurs", sur ce sujet comme sur la définition des motifs de licenciement économique.

"Il y aura des informations qui seront données, des améliorations qui seront apportées et une conclusion qui forcément devra amener les uns et les autres à prendre leurs responsabilités, c'est-à-dire à faire en sorte que nous puissions avancer", a dit François Hollande.

APPELS À LA MOBILISATION CONFIRMÉS

Malgré le report de 15 jours de la présentation du texte au conseil des ministres, une vingtaine d'organisations de jeunesse ancrées à gauche appellent à une journée d'actions et d'initiatives le 9 mars pour obtenir son retrait.

Cette mobilisation sera le prélude d'une journée de manifestations le 31 mars préparée à la fois par les mouvements de jeunes et des syndicats de salariés.

Une pétition demandant au gouvernement de renoncer à cette réforme avait quant à elle recueilli quelque 850.000 signatures mardi après-midi sur internet.

Prêt à entendre certaines demandes des syndicats "réformistes", le gouvernement tente aussi de calmer la fronde d'une partie de la gauche, illustrée par les critiques de Martine Aubry et l'annonce de son départ de la direction du Parti socialiste.

"Le gouvernement tente d'éteindre les incendies au PS et dans l'opinion publique", explique le politologue François Miquet-Marty, de Viavoice.

"Le risque est celui d'un effet de système des contestations qui s'agrègeraient entre elles contre un texte qui cristallise l'ensemble des mécontentements de ces dernières années sur le plan politique, social et économique", ajoute-t-il.

L'OPPOSITION DÉNONCE UN RECUL

L'opposition centriste et de droite, dont certains élus s'étaient déclarés favorables à la version initiale de la réforme, a déploré le report de la présentation du texte et l'ouverture de l'exécutif à des modifications.

"Le gouvernement a reculé face aux différents archaïsmes, c'est dramatique", a déclaré le centriste Philippe Vigier, président du groupe UDI de l'Assemblée. "Si ses principales dispositions sont retirées, nous ne pourrons pas le voter."

"Après huit jours d'un psychodrame qui a agité toutes les gauches, votre loi vient tout simplement de faire 'pschitt'", a lancé le président du groupe Les Républicains, Christian Jacob, à Manuel Valls, mardi à l'Assemblée. "Le report de cette loi n'est rien d'autre pour vous qu'une humiliation."

A la gauche du PS, le report de la présentation du texte n'a pas calmé la colère.

"C'est un texte régressif, notre opposition est globale, totale", a dit le président du groupe Front de gauche, André Chassaigne. "Nous ne nous laisserons pas prendre dans le piège de la démolition du Code du travail."

(Jean-Baptiste Vey, avec Emile Picy et Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.