Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'exécutif met en garde Larcher sur le non-cumul

Reuters07/03/2018 à 17:28

L'EXÉCUTIF MET EN GARDE LARCHER SUR LE NON-CUMUL

PARIS (Reuters) - Le porte-parole du gouvernement a mis en garde mercredi le président du Sénat Gérard Larcher contre toute tentation de bras de fer sur la question du non-cumul des mandats, prévenant que cette mesure était un "élément structurant" de la révision constitutionnelle souhaitée par Emmanuel Macron.

"C'est un engagement du président de la République dans la cadre de la campagne présidentielle et le Sénat n'a pas vocation à défaire sur ses bancs ce que les Français ont choisi clairement dans le cadre de l'élection présidentielle et législatives", a dit Benjamin Griveaux lors du compte rendu du conseil des ministres.

"Trois mandats cumulés dans le temps, c'est 18 ans, si on a 18 années pour mettre en oeuvre un projet territorial, ce n'est sans doute pas la 19e année qu'une nouvelle révolution intervient", a-t-il fait valoir, soulignant le geste du chef de l'Etat qui a annoncé en novembre que les maires de communes de moins de 3.500 habitants ne seraient pas concernés.

"Il faut entendre ce qu'ont à dire les deux chambres de manière très respectueuse mais en respectant les engagements et l'esprit de ce qui a fait la campagne du président et la campagne législative", a-t-il ajouté.

La réforme constitutionnelle fait l'objet depuis lundi soir et pour une dizaine de jours de consultations parlementaires à Matignon qui doivent permettre de trouver un terrain d'entente sur cette révision délicate de la loi fondamentale.

Pour être adoptée, cette réforme doit être votée dans les mêmes termes par les deux assemblées puis obtenir une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés au Parlement réuni en Congrès à Versailles.

Face au risque de blocage, notamment au Sénat où la droite est majoritaire, l'exécutif n'écarte par le recours à un référendum, comme le prévoit la loi, mais assure que cette option n'a, du moins pour l'heure, pas sa préférence.

MARGE DE NÉGOCIATION

Au Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains) a fait de la réduction d'un tiers le nombre de parlementaires et de la limitation des mandats à trois identiques consécutifs pour les députés, sénateurs et présidents d'exécutif local deux "lignes rouges".

"Il y a des discussions qui ont lieu depuis plusieurs mois avec le président du Sénat, Emmanuel Macron l'a vu à plusieurs reprises", souligne-t-on à l'Elysée. "Quand on rentre dans une discussion chacun a des positions et chacun est susceptible d'évoluer. On peut espérer le convaincre sur le non-cumul", ajoute-t-on, excluant tout renoncement du chef de l'Etat sur cette question.

Gérard Larcher a été sénateur sans interruption pendant 17 ans de 1986 à 2004 (avant 2003, le mandat était de neuf ans) et l'est à nouveau depuis 2007 (mandat de six ans).

Une marge de manoeuvre et de négociation étroite pointée du doigt par l'opposition face à une réforme qui prévoit également une limitation du droit d'amendement, une mesure dénoncée par des élus de toute sensibilité politique comme une "atteinte au pluralisme".

"On appelle ça propositions, c'est plus une information de choses quasiment décidées, c'est gravissime, c'est une rupture terrible dans notre démocratie", a estimé le député communiste André Chassaigne mardi à l'issue de son entretien avec Edouard Philippe.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.