Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'exécutif déterminé à agir malgré les "turbulences"

Reuters24/07/2017 à 19:41

L'EXÉCUTIF DÉTERMINÉ À AGIR MALGRÉ LES "TURBULENCES"

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a affiché lundi sa détermination à mener à bien ses réformes malgré les critiques contre sa politique de baisse des dépenses publiques, accusée de pénaliser les plus fragiles, et la chute de la cote de popularité du couple exécutif.

Baisse des aides au logement, gel du point d'indice et retour du jour de carence pour les fonctionnaires, hausse de la CSG : deux mois après son arrivée au pouvoir et à deux semaines de la trêve estivale, l'opposition, les syndicats et des associations ont trouvé des angles d'attaque contre le pouvoir.

Dans une interview au Monde, le président de la Fédération des acteurs de la solidarité Louis Gallois voit en la baisse des APL une "mesure générale aveugle" "qui frappe en premier lieu les plus pauvres" et fait le rapprochement avec d'autres mesures annoncées, comme la réduction de l'impôt sur la fortune (ISF).

Même tonalité dans les rangs de la CFDT et de la CGT qui, joignant leurs voix aux critiques émises par plusieurs élus politiques ce week-end, dénoncent un choix politique qui pénalise selon elles les plus démunis.

"La meilleure façon de rester populaire, c'est de ne rien faire", a réagi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner sur RMC lundi. "Emmanuel Macron sait qu'il a été élu pour faire des choses, donc chaque fois qu'on va bousculer une niche fiscale, un avantage professionnel, on va prendre le risque" d'être impopulaire.

"C'est sur notre capacité à transformer le pays qu'Emmanuel Macron sera jugé à la fin du quinquennat", a-t-il ajouté, rappelant l'objectif de la France de trouver entre 4 et 5 milliards d'euros en 2017 pour respecter ses engagements européens en matière de déficit public.

"NE TIRONS PAS DE BILAN" TROP VITE

A l'Elysée, on se refuse à tout commentaire, y compris sur le sondage Ifop publié dans le Journal du Dimanche. Le chef de l'Etat y enregistre une baisse de popularité de dix points (54% de satisfaits), la plus forte chute pour un président après trois mois de pouvoir, à l'exception de Jacques Chirac en 1995.

Le Premier ministre Edouard Philippe perd lui huit points en un mois, à 56% d'opinions satisfaites.

La démission du chef d'état-major Pierre de Villiers, mécontent des économies exigées dans le domaine de la défense, a joué un rôle dans cette chute, souligne l'Ifop.

"Ne tirons pas trop de bilan, catastrophique ou autre", a estimé le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert lundi sur LCI. "Regardons les résultats pour ce qu'ils sont et faisons en sorte d'être pédagogue dans notre manière d'aborder les différents sujets que nous avons aujourd'hui à traiter au gouvernement et faisons en sorte d'expliquer aux gens ce que nous faisons et comment nous le faisons."

"Il n'y avait rien de caché quand Emmanuel Macron a été élu, chacun savait pour quoi il avait voté ou pas voté", a-t-il ajouté. "Nous avons besoin de restaurer la qualité et la confiance de la parole publique, dire ce que l'on fait et faire ce que l'on dit".

"C'est normal que ça turbule", renchérit une source gouvernementale. "Il faut trouver cinq milliards d'euros donc forcément on a des mesures qui sont difficiles à faire accepter".

REMOUS CHEZ EN MARCHE

"Il faut trouver des points d'équilibre, il y a des curseurs qui sont en train de se déplacer, on est là que depuis deux mois, il peut y avoir des maladresses", ajoute cette source, au lendemain de l'absence - critiquée - d'Emmanuel Macron à l'ouverture de la conférence de recherche sur le Sida.

Des associations de lutte contre le virus, qui avaient vu dans cette absence un "désengagement de la France", ont finalement été reçues lundi en fin d'après-midi par l'Elysée.

A ce vent de fronde et ces "maladresses" se sont ajoutés ces derniers jours des remous au sein du parti présidentiel.

Certains adhérents de la République en Marche ont saisi lundi la justice, estimant que le parti reniait ses principes de démocratie participative, des accusations rejetées par LREM.

Pour Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion et stratégies de l'Ifop, cette "entrée brutale dans l'atmosphère" d'Emmanuel Macron pourrait se prolonger.

"On va dans les prochaines semaines voir se multiplier ces exemples où il va être très compliqué de mettre des moyens supplémentaires dans des ministères prioritaires ou d'avenir et en même temps serrer les cordons de la bourse pour respecter les critères européens", soulignait-il ces derniers jours à Reuters.

La CGT et Jean-Luc Mélenchon ont d'ores et déjà annoncé deux rassemblements en septembre contre la réforme du Code du travail, mesure phare du début du quinquennat, respectivement les 12 et 23 septembre.

(Marine Pennetier, avec Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.