1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Europe de l'Est ne rattrape plus son retard, rapporte la BCE
Reuters26/11/2018 à 18:36

L'EUROPE DE L'EST NE RATTRAPE PLUS SON RETARD, DIT COEURÉ

VIENNE (Reuters) - Le mouvement de convergence économique entre l'Est et l'Ouest de l'Europe est pratiquement à l'arrêt, ce qui représente une menace potentielle pour l'Union européenne, a déclaré lundi Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE).

Les pays de l'ancien bloc de l'Est peinent à rattraper leur retard de trois décennies depuis la levée du Rideau de fer et certains partis populistes sont de plus en plus hostiles à l'Union européenne, même si cette dernière continue de bénéficier d'un important soutien dans les opinions publiques.

"S'il n'y a pas de perspective permettant aux pays à revenus plus faibles de rattraper prochainement leur retard, il y a un risque que les gens qui vivent dans ces pays commencent à s'interroger sur les avantages qu'il y a à être membre de l'UE ou de l'union monétaire", a dit Benoît Coeuré à Vienne.

"De tels doutes seraient particulièrement inquiétants dans le monde instable dans lequel nous vivons", a-t-il ajouté.

La confiance en l'UE est ébranlée dans certains de ces Etats européens, comme la Hongrie et la Bulgarie, mais une grande majorité de la population continue à dire que leur pays tire parti de son adhésion, selon les enquêtes de la banque centrale.

Benoît Coeuré a ajouté que les grands sujets d'inquiétude étaient le ralentissement des gains de productivité et le manque de fonds propres.

Il a ajouté que la baisse des investissements directs en provenance de l'étranger pourraient bien ne pas être aussi temporaire que certains le pensent dans la mesure où les entreprises revoient leurs stratégies d'investissement.

Les salaires ont augmenté dans les pays de l'est de l'Europe, limitant le potentiel d'économies de coûts, et les entreprises s'appuient davantage sur l'automatisation dans leur propre pays pour remplacer la main-d'oeuvre. Ils simplifient également leurs chaînes de valeur afin de réduire les risques de perturbations, ce qui réduit leur besoin d'investir à l'Est.

"L'Europe peut et devrait aider, principalement de trois manières", a dit Benoît Coeuré.

"D'abord en donnant accès à un marché qui assure la rentabilité du développement de nouvelles industries. Deuxièmement en canalisant les fonds vers les secteurs et les pays où le capital peut être utilisé de la façon la plus productive. Et troisièmement, en apportant une aide financière directe pour favoriser la convergence et soutenir les efforts pour mettre en oeuvre des réformes au niveau national."

(François Murphy, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M5579611
    26 novembre21:35

    Si ils ne sont pas contents, qu'ils retournent dans le Comecom.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer