Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'euro s'affaiblit face au dollar pendant la réunion monétaire de la Fed
AFP15/09/2020 à 21:51

L'euro, qui avait entamé la journée de mardi en hausse face au dollar, a renversé la tendance pendant la séance américaine s'affaiblissant un peu face au billet vert, alors que la Banque centrale américaine (Fed) entamait une réunion monétaire.

Vers 19H10 GMT (21H10 à Paris), l'euro concédait 0,15% face au billet vert, à 1,1848 dollar.

Ce léger raffermissement du dollar intervient dans l'attente de l'issue de la réunion et de la conférence de presse du président de la Fed Jerome Powell, à 18H30 GMT mercredi.

Pour Zachary Griffiths, de Wells Fargo Securities, "on doute que la Fed donne davantage de précision sur sa politique à venir" puisqu'elle a déjà modifié sa cible de 2% d'inflation pour tolérer plus de flexibilisé et garder des taux bas à long terme.

Les investisseurs considèreront avec attention les prévisions d'évolution des taux d'intérêt jusqu'en 2023 qui devraient être divulguées par la Fed pour la première fois.

"On s'attend à ce qu'une majorité (des membres du Comité monétaire) indique que la politique monétaire ne va pas bouger jusqu'à la fin de 2023", a souligné le stratégiste de Wells Fargo Securities.

Pour Joe Manimbo de Western Union Business Solutions, la Fed "pourrait signaler qu'elle va encore attendre plus longtemps avant d'envisager une hausse des taux qui serait favorable au dollar après sa récente promesse de permettre à l'inflation d'être un peu plus haute".

Fin août, son président Jerome Powell avait indiqué qu'une inflation supérieure à l'objectif des 2% pourrait être tolérée pendant un certain temps sans entraîner une augmentation automatique des taux d'intérêt. Ceux-ci évoluent entre 0% et 0,25%.

Le dollar devient plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes s'il y a une hausse des taux d'intérêt.

Ce léger repli de l'euro a pu également faire écho aux propos tenus par les responsables de la Banque centrale européenne.

Vendredi, le chef économiste de l'institution, Philippe Lane, a écrit dans un blog "qu'il n'y a pas de place pour la complaisance" de la part de la BCE face au risque d'un euro fort.

La veille, lors de sa conférence de presse de politique monétaire, la présidente de la BCE Christine Lagarde avait déclaré que son mandat était de "maintenir la stabilité des prix" et, dans ce cadre, "l'appréciation de l'euro est quelque chose à surveiller attentivement".

Par ailleurs, la livre sterling progressait face au dollar (+0,33%,) à 1,2888 dollar, et à l'euro (+0,47%) à 91,93 pence pour un euro.

Les députés britanniques ont donné lundi soir leur approbation initiale au projet de loi controversé du gouvernement de Boris Johnson, qui doit encore franchir plusieurs étapes. Ce texte lui permet de revenir, en violation du droit international, sur certaines dispositions de l'accord de Brexit signé l'année dernière.

--------------------------------------

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer