1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'euro est désormais à son bon niveau, estime Hollande
Reuters12/03/2015 à 14:06

* Hollande ne voit pas de difficulté liée au recul rapide de l'euro * La reprise doit être confortée par des réformes, dit Coeuré * L'euro a touché un plus bas de 12 ans face au dollar (Actualisé avec autres citations, Coeuré, et contexte) VEYRINS-THUELLIN, Isère, 12 mars (Reuters) - L'euro est désormais au bon niveau face au dollar américain, a déclaré jeudi François Hollande, après une accélération de la baisse de la devise européenne ces derniers jours. Le président français a écarté d'éventuels risques liés à ce recul rapide et insisté sur l'impact positif pour l'économie française. "Il y aura un effet favorable pour l'activité avec un euro qui est maintenant à sa bonne parité", a-t-il dit lors de la visite d'un site du groupe Poma, spécialisé dans le transport de voyageurs par câble, en Isère. L'euro est tombé jeudi à son plus bas niveau depuis 12 ans, sous 1,05 dollar EUR= , à la faveur du lancement cette semaine du programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, avant de se reprendre légèrement. "La BCE pris des décisions courageuses, audacieuses et responsables", a commenté François Hollande, en invitant les banques françaises à "relayer ce mouvement" en prêtant davantage. Interrogé sur d'éventuelles difficultés liées à ce recul rapide de l'euro, il a répondu : "Non, je pense que quand l'euro a été créé il était quasiment à un dollar." "Un dollar pour un euro, un euro pour un dollar, nous sommes pratiquement à ce niveau et je crois que ça permet au moins d'avoir les idées claires : un euro égale un dollar", a-t-il dit. La devise européenne a perdu près de 5% depuis vendredi, portant la baisse à plus de 12% depuis janvier et plus de 24% depuis son plus haut niveau de 2014. Une accélération ces derniers jours que les 9,8 milliards d'euros d'achats d'obligations réalisés entre lundi et mercredi soir par les banques centrales de la zone euro n'expliquent qu'en partie, les conséquences des bonnes statistiques américaines sur l'anticipation du calendrier du relèvement des taux de la banque centrale américaine pesant elles aussi. ACCÉLÉRATION DE LA BAISSE Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a estimé jeudi que la baisse de l'euro s'expliquait par la divergence des politiques monétaires entre la zone euro et les Etats-Unis. "Il y a sans doute une évolution supplémentaire au cours des derniers jours qui est liée a l'apprentissage par le marché, par les différents segments du marché, de l'impact des achats d'actifs qui n'ont commencé que lundi", a-t-il ajouté. "Ça, c'est une phase transitoire, le marché est en train d'apprendre", a-t-il poursuivi, sans clairement laisser entendre qu'il jugeait excessive l'accélération de la baisse de l'euro. Le gouverneur de la Bundesbank, Jens Weidmann, a quant à lui déclaré jeudi que la politique monétaire de la BCE ne visait pas à faire baisser l'euro. Selon les économistes, l'impact conjugué de la baisse de l'euro, des taux et des prix pétrole et le redémarrage de l'activité dans certains pays de la zone euro, devrait favoriser la reprise de l'économie française au premier trimestre. La prévision de croissance du gouvernement pour l'ensemble de l'année 2015, soit 1%, n'apparaît plus trop optimiste, estiment désormais nombre d'entre eux. Cependant, a prévenu Benoît Coeuré, la reprise actuelle en Europe doit être consolidée par des réformes. "Attention, c'est une reprise cyclique. Ce qui tire principalement cette reprise, c'est le bas prix du pétrole, ça peut durer longtemps, ça peut aussi ne pas durer longtemps donc ne capitalisons pas tout sur une reprise qui est de nature cyclique", a-t-il déclaré. "C'est vraiment une occasion de transformer l'essai", a-t-il poursuivi. La politique monétaire aide les pays qui se réforment, tandis que "les pays qui ne font pas de réformes bénéficieront moins de l'impact de ce que fait la Banque centrale européenne", a-t-il ajouté. (Julien Ponthus en Isère et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)

Valeurs associées

-0.00%

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • launor
    19 mars19:30

    moi je préfère l'euro à 1,2656 dollars

    Signaler un abus

  • imozen
    12 mars15:43

    la baisse de l'euro nous fait payer plus cher nos importations, en particulierelle diminue le bénéfice de la baisse du pétrole. Quant à exporter plus, encore faut-il que les socialistes cessent de pénaliser le travail et de "redistribuer" toujours plus aux assistés.

    Signaler un abus

  • M2734309
    12 mars13:49

    13h04 "L'euro est désormais à son bon niveau, estime François Hollande", 13h06 "L'euro est désormais à son bon niveau, estime François Hollande" décidément, ça devient une habitude. Bientôt avec 4 articles soigneusement répétés, ils vont remplir les listes !!!

    Signaler un abus

  • frk987
    12 mars13:14

    Comme si ce benêt en économie avait une idée de la chose !!!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer