Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Etat veut modérer les hausse des tarifs de l'électricité

Reuters11/12/2013 à 19:25

L'ÉTAT VEUT LIMITER LA HAUSSE DES TARIFS D'EDF SUR LA PÉRIODE 2015-2018

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - L'Etat souhaite limiter entre 2% et 3% par an voire moins la hausse des tarifs réglementés de l'électricité sur la période 2015-2018, qui verrait un nouveau mode de calcul entrer en vigueur, a déclaré mercredi une source à l'Elysée.

Le gouvernement a annoncé en juillet une hausse des tarifs de l'électricité pour les ménages de 5% le 1er août 2014 après une augmentation similaire au 1er août dernier.

Avant la hausse de cet été, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait estimé que la facture moyenne d'électricité des ménages français devrait bondir de 30% d'ici à 2017 pour couvrir les coûts d'EDF, en vertu de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome).

"La loi (...) nous donne la possibilité d'avoir des trajectoires avec des hausses nettement moins importantes que celles qui étaient anticipées dans la méthode antérieure", a-t-on déclaré dans l'entourage de François Hollande après une réunion ministérielle consacrée à ce sujet.

"L'ordre de grandeur (de la hausse) sera plutôt entre 2% et 3%, et peut-être même moins que 2% sur certaines périodes, au-delà de la décision de 2014 qui a été prise", a-t-on ajouté de même source, précisant que le nouveau mode de calcul pourrait prendre en compte les prix de marché et être appliqué dès 2015.

Les tarifs réglementés n'incluent toutefois pas les taxes, en particulier la contribution au service public de l'électricité (CSPE), qui sert notamment à financer les énergies renouvelables et dont la hausse devrait être de 3 euros par mégawatt/heure au 1er janvier, ce qui alourdirait de 2,4% la facture des ménages.

Toujours selon la source élyséenne, la limitation des futures hausses de tarifs résultera d'un ajustement de la composante "production" des tarifs en dehors de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique), qui permet aux concurrents d'EDF de lui acheter de l'électricité nucléaire et doit être intégré dans les tarifs d'ici à 2016.

"DES ÉQUILIBRES À TROUVER"

"L'adaptation exacte (des hausses) dépendra de la situation économique d'EDF - est-ce qu'EDF est capable d'encaisser une hausse plus faible de l'électricité, qu'est-ce que ça donne au niveau du pouvoir d'achat des ménages, etc. -, c'est des équilibres à trouver."

De même source, le gouvernement envisage en outre de soutenir les industriels fortement consommateurs d'électricité qui sont exposés à la concurrence internationale en partant notamment du constat que leurs rivaux, aux Etats-Unis, bénéficient de prix deux fois moins élevés.

L'Etat va en outre demander à EDF de remettre à plat un contrat qu'il a conclu en 2010 avec des "électro-intensifs" réunis au sein du consortium Exeltium, qui regroupe notamment les chimistes Arkema et Solvay, le sidérurgiste Arcelor, ou le fabriquant de gaz industriel Air Liquide.

Censé leur garantir un prix préférentiel, le contrat s'est avéré nettement moins intéressant que prévu pour les industriels en raison, notamment, d'une indexation défavorable.

En Bourse, l'action EDF a effacé ses gains après ces informations et perdait 2,21% à 25,885 euros vers 16h25, accusant la plus forte baisse d'un CAC 40 en progression de 0,25%.

EDF, dont l'Etat français détient 84,4% du capital, affiche cependant un bond de 85% en Bourse depuis le début de l'année.

Avec Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.