1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Etat prêt à empocher un pactole avec la privatisation de la FDJ
Le Parisien13/10/2019 à 09:31

L'Etat prêt à empocher un pactole avec la privatisation de la FDJ

Bruno Le Maire a coché sur ses tablettes le 7 novembre pour donner le coup d'envoi à la privatisation partielle de la Française des jeux. Les particuliers et les investisseurs pourront souscrire à des actions à partir de cette date, et ce jusqu'au 20 novembre.Dans le détail, cette opération - qui doit encore être détaillée - devrait réserver 20 % des actions au grand public, 5 % aux salariés et le reste aux institutionnels.« Je souhaite que cette privatisation soit un succès populaire et que le plus grand nombre y participe », déclare le ministre de l'Économie dans le Journal du Dimanche. L'Etat espère récupérer, selon Stéphane Pallez, le PDG de la FDJ, plus « d'un milliard d'euros ».Et, même si Bruno Le Maire ne veut pas se fixer d'objectif, les analystes estiment que la fourchette haute (difficile à atteindre) est de l'ordre de 3,5 milliards d'euros.Financer de nouvelles technologiesPour l'Etat, le montant de cette cession va permettre de « désendetter l'Etat, financer les technologies qui feront la croissance et les emplois de demain grâce au Fonds pour l'innovation et l'industrie créé par le président de la République », ajoute le ministre de l'Économie.Reste que la clé de cette privatisation va donc dépendre en grande partie des particuliers. Pour les rassurer, Bruno Le Maire affirme que l'Etat a placé des garde-fous et ne va pas totalement quitter le navire.L'Etat va « continuer à agréer les dirigeants de l'entreprise et personne ne pourra acquérir 10 % de l'entreprise sans son accord. Il sera aussi représenté au conseil d'administration », ajoute-t-il. De plus, « l'Etat conservera l'intégralité des recettes fiscales et sociales versées par la FDJ, soit 3,5 milliards d'euros », une somme qui correspond peu ou prou à 1 % du budget de l'Etat.Mais surtout, pour attirer les petits actionnaires, l'Etat ne veut pas faire la même erreur qu'en 2005 lors de la privatisation ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • andrjean
    13 octobre14:34

    C'est très simple. NE JOUEZ PLUS

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer