Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

FINCANTIERI

1.343EUR
-1.68% 

IT0001415246 FCT

MIL données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    1.367

  • clôture veille

    1.366

  • + haut

    1.367

  • + bas

    1.340

  • volume

    839 720

  • valorisation

    2 273 MEUR

  • capital échangé

    0.05%

  • dernier échange

    19.06.18 / 10:32:20

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur FINCANTIERI

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter FINCANTIERI à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter FINCANTIERI à mes listes

    Fermer

L'Etat français pourrait prendre la majorité de STX France-presse

Reuters10/10/2016 à 12:47
    * L'actionnaire coréen en mauvaise posture 
    * Craintes et prudence du côté des élus locaux et des 
syndicats 
    * Des candidats à la reprise de STX France se sont 
manifestés 
 
 (Avec réactions et précisions) 
    PARIS, 10 octobre (Reuters) - L'Etat français envisage de 
devenir l'actionnaire majoritaire des chantiers navals de 
Saint-Nazaire, rachetés par le groupe coréen STX  011810.KS  en 
2008 et menacé de passer sous pavillon chinois, écrit lundi 
Libération. 
    STX Offshore & Shipbuilding, principal actionnaire de ces 
chantiers, est en pleine débâcle et envisage de les revendre, 
alors que leurs carnets de commandes sont pleins, perspective 
qui inquiète les syndicats et les élus locaux.   
    Selon les informations de Libération, qui cite notamment des 
sources au ministère de l'Economie et des Finances, l'Etat, qui 
détient déjà un tiers du capital de STX France, une minorité de 
blocage, pourrait décider de devenir majoritaire. 
    "Tous les scénarios sont à l'étude. L'Etat peut monter au 
capital, seul ou accompagné, pour prendre la majorité de STX 
France le temps qu'il faudra", dit une source de Bercy citée par 
le quotidien. 
    Selon le journal, deux pistes sont à l'étude : une solution 
franco-française ou la constitution d'un "Airbus européen de la 
construction navale".  
    Dans le premier cas, l'Etat pourrait accroître à 51% ses 
parts dans les chantiers navales de Saint-Nazaire, en faisant 
appel à DCNS, précise Libération.  
    "Toutes les pistes sont sur la table mais celle-là pas plus 
qu'hier", tempère cependant Yannick Vaugrenard, sénateur PS de 
Loire-Atlantique, reçu récemment avec d'autres élus locaux par 
le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue. 
     
    PRUDENCE  
    "C'est en tout état de cause la riposte à l'éventualité 
chinoise qui est privilégiée. L'objectif est de constituer un 
actionnariat solide privilégiant la perspective industrielle de 
long terme", a expliqué ce parlementaire à Reuters. 
    Nathalie Durand-Prinborgne, déléguée syndicale Force 
ouvrière des chantiers de Saint-Nazaire, s'est montrée plus 
enthousiaste : "Ce n'est à ce stade qu'une réflexion mais c'est 
quelque chose que nous n'avions jamais eu des gouvernements 
précédents, en dépit des crises que nous avons pu traverser."  
    Force ouvrière, qui réclame la nationalisation de 
l'entreprise depuis dix ans, va d'ailleurs réitérer cette 
revendication mardi après-midi à Bercy, où une délégation 
syndicale sera reçue. 
    Dans le deuxième scénario, l'italien Fincantieri  FCT.MI , 
déjà intéressé par STX France, pourrait être associé à l'Etat 
français et à DCNS, précise Libération. 
    Fincantieri et le néerlandais Damen, un groupe familial 
spécialisé dans la construction de navires de guerre, 
porte-conteneurs et yachts, sont déjà sur les rangs pour 
racheter l'entreprise de Saint-Nazaire. 
    Les élus locaux ont cependant fait part au secrétaire d'État 
à l'Industrie de leur opposition à une revente des ex-chantiers 
de l'Atlantique à Fincantieri. 
    Le groupe italien pourrait en effet être tenté de transférer 
en Italie une partie de la charge de travail de STX France et 
ses accords avec les chantiers navals chinois incluent des 
transferts de technologies, ce qui inquiète aussi les élus.  
    Aucune source n'était immédiatement joignable à Bercy ou à 
STX France pour commenter les informations de Libération. 
 
 (Emmanuel Jarry, avec Guillaume Frouin à Nantes) 
 

Valeurs associées

-0.95%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.