Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Espagne au menu de l'Eurogroupe

Reuters09/06/2012 à 18:00

L'Espagne au menu de l'Eurogroupe

par Justyna Pawlak et Erik Kirschbaum

BRUXELLES/BERLIN (Reuters) - Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a souhaité samedi un règlement rapide du problème de la recapitalisation des banques espagnoles, à quelques heures d'une téléconférence des ministres des Finances de la zone euro consacrée à l'examen d'une aide à Madrid.

Selon plusieurs sources européennes et allemandes, l'Espagne devrait demander officiellement ce week-end à ses partenaires de l'aider à renflouer ses banques pour éviter une nouvelle escalade de la crise de la dette dans la zone euro.

"Il faut une solution rapide", a déclaré Jean-Claude Juncker à la radio allemande, confirmant la tenue d'une conférence par téléphone à 16h00 heure de Bruxelles (14h00 GMT).

Prié de dire si l'Espagne demanderait une aide, le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, a répondu sur les ondes de la radio publique: "Je pense que c'est l'avis de tout le monde. On parle même de montants pouvant atteindre 80 milliards d'euros."

On ignore cependant si les Dix-Sept fixeront samedi le montant d'un éventuel plan de renflouement mais le Fonds monétaire international (FMI), dans un rapport publié vendredi, en a donné une première estimation.

Selon l'institution de Washington, Madrid aura besoin d'injecter au moins 40 milliards d'euros de capital supplémentaire dans plusieurs de ses banques pour résister à un environnement économique difficile.

Mais ces tests de résistance ("stress tests") que le FMI a fait subir aux banques ne tiennent pas compte des fonds propres supplémentaires qui seraient nécessaires pour couvrir les coûts de restructuration et les pertes sur prêts.

LE FESF SOLLICITÉ ?

Selon un responsable du FMI, un tel matelas devrait être en principe de 1,5 à deux fois plus important pour convaincre les marchés que l'Espagne est suffisamment bien dotée pour amortir les chocs.

Le montant du capital requis pour stabiliser le système bancaire espagnol s'élèverait alors à 80 milliards d'euros. Le FMI n'a toutefois pas donné de chiffre dans son rapport.

L'agence de notation Fitch, qui a abaissé jeudi la note souveraine de l'Espagne de trois crans, estime pour sa part que la recapitalisation des banques espagnoles pourrait se situer entre 60 et 100 milliards d'euros, l'équivalent de 6% à 9% du produit intérieur brut.

Les responsables de la zone euro sont pressés de renforcer la situation économique de l'Espagne avant les élections législatives grecques du 17 juin, qui pourraient provoquer de nouvelles turbulences sur les marchés et aboutir à une sortie de la Grèce de la zone euro.

Jeudi, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a prévenu que Madrid souhaitait attendre, avant d'agir, les conclusions du FMI et d'un rapport élaboré par deux experts indépendants, Oliver Wyman et Roland Berger, attendu le 21 juin.

Mais des responsables espagnols notent que les paramètres du FMI et de cet audit privé seront les mêmes, ce qui signifie que Madrid pourrait effectuer sa demande d'aide à partir des seuls chiffres du FMI.

Mariano Rajoy, un conservateur, s'est entretenu ces dernières heures avec le chef de l'opposition, le socialiste Alfredo Perez Rubalcaba.

Dans une interview à paraître dimanche dans le Welt am Sonntag, le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, estime que l'Espagne doit utiliser les outils à sa disposition, comme le Fonds européen de stabilité financière (FESF), qui est doté de 440 milliards d'euros.

"On ne peut pas avoir pour objectif d'éviter l'aide extérieure à tout prix. C'est la mauvaise manière de procéder que d'attendre une intervention des banques centrales pour éviter de faire face à des exigences (imposées de l'étranger)", ajoute le président de la Banque centrale d'Allemagne.

Danielle Rouquié, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • T20
    09 juin16:04

    Autour d'une PAELLA !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.