Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'enseignement en France n'est pas pertinent, selon l'OCDE

Reuters29/08/2014 à 18:52

L'OCDE REMET EN CAUSE LA PERTINENCE DE L'ENSEIGNEMENT EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Inégalitaire, pas pertinent, trop académique, prodigué par des enseignants considérés comme des ouvriers d'usine par leurs autorités et leurs syndicats : le directeur de l'éducation de l'OCDE n'est pas tendre avec l'enseignement en France.

Andreas Schleicher est le responsable du système Pisa d'évaluation du niveau des élèves de 15 ans de 65 pays, où la France figure souvent en médiocre position -à la 25e place dans le dernier classement- ce dont souffrent surtout les classes sociales défavorisées.

"L'enseignement n'est pas pertinent en France", déclare-t-il dans une interview publiée vendredi par Le Monde. "On y est en décalage. Le monde moderne se moque bien de ce que vous savez. Il s'intéresse à ce que vous savez en faire. Il a besoin de gens créatifs, capables de croiser les sujets quand l'école française fait encore trop réciter des leçons."

Le directeur allemand de l'éducation de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ajoute que "l'école française est l'une des plus inégalitaires au monde, alors que l'égalité est un sujet omniprésent dans le débat".

"Elle est très loin de l'idéal dont rêve ce pays, en dépit d'efforts conséquents comme le temps que les jeunes Français passent en classe et l'âge précoce auquel on les y envoie!"

"UNE ENVIE DE FUIR"

Les Français, qui se gaussent souvent des bons résultats dans l'étude Pisa des écoles asiatiques qui seraient selon eux des machines à produire des robots, se protègent selon lui par "des stéréotypes sur l'école asiatique".

"Les enseignants (en Asie) sont formés à la gestion de classe, bien mieux qu'en France", dit Andreas Schleicher, selon qui le système "ne leur facilite pas le travail".

"L'institution les traite comme des exécutants qui sont là pour faire passer un programme. Ils sont comme à l'usine, font leur travail dans leur coin", souligne-t-il en fustigeant une "formation initiale (...) trop académique".

En outre, la pratique française, qui permet aux enseignants "installés dans le système" de choisir leur classe, laissant les écoles difficile à des débutants "défie le bon sens".

"Cela crée d'emblée une envie de fuir! Ou de ne pas venir...", estime Andreas Schleicher, selon qui même un salaire supérieur ne suffirait pas à nourrir des vocations.

Les syndicats participeraient selon lui à cette situation.

"Un pays a les syndicats qu'il mérite", explique-t-il. "Si vous avez un système très 'industriel', les syndicats reproduisent cette structure et se battent comme ceux des ouvriers pour les salaires, les effectifs."

Andreas Schleicher estime que la manière dont les réformes sont imaginées en France -"pensées dans le secret des cabinets ministériels par des gens très intelligents et (...) ensuite imposées aux enseignants et aux parents"- aggrave la tendance.

Il estime toutefois que les réformes entreprises, comme celles des rythmes scolaires, vont dans le bon sens et encourage la France à les accélérer.

"La France peut se rassurer car les grosses réformes ne créent pas vraiment plus de remous que les plus petites. En disant cela, je pense bien sûr à la réforme des rythmes scolaires", ironise-t-il.

(Yves Clarisse, édité par Jean-Baptiste Vey)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.