Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'encadrement de l'abattage rituel en France est accéléré

Reuters08/03/2012 à 22:00

LES DIFFÉRENTS MODES D'ABATTAGE DES ANIMAUX

PARIS (Reuters) - Le gouvernement ne reviendra pas sur les dérogations qui permettent l'abattage rituel en France mais va accélérer la réflexion sur la mise en place d'un étiquetage de la viande qui en est issue, a déclaré jeudi Bruno Le Maire.

Le ministre de l'Agriculture a également confirmé la mise en application anticipée, depuis jeudi matin, du décret de décembre 2011 qui renforce l'encadrement de l'abattage halal ou casher.

Le ministre, qui s'efforce d'apaiser les tensions multiples sur le sujet, a affirmé lors d'une conférence de presse que seuls 14% des bovins et ovins, en tonnage, et 26% en nombre d'animaux, étaient abattus rituellement.

Un rapport confidentiel du ministère publié mercredi par l'hebdomadaire Le Point affirme que 50% des animaux sont abattus rituellement, mais il ne porte que sur un panel de 15 abattoirs sur 255, a assuré Bruno Le Maire.

La polémique sur l'abattage rituel, également dénoncé par les associations de défense des animaux, déplorant que les animaux soient égorgés sans être étourdis, a été récemment relancée par la présidente du Front national.

Marine Le Pen a ainsi affirmé que 100% des animaux étaient abattus rituellement en région parisienne.

"C'est une polémique inutile et indigne à partir du moment où elle stigmatise un certain nombre de nos concitoyens", a répondu Bruno Le Maire, tout en reconnaissant un certain nombre de "dérives", comme l'abattage rituel "par commodité".

Il a également cité des défauts d'hygiène, des instruments inadaptés et l'absence de formation des certificateurs.

"CHACUN A LE DROIT DE SAVOIR CE QU'IL MANGE"

Il a précisé qu'il n'avait pas attendu les polémiques pour élaborer le décret de décembre 2011, "le premier texte qui encadre l'abattage rituel dans notre pays".

Une autorisation administrative préalable est désormais obligatoire pour procéder à un abattage rituel.

De même, des éleveurs ne pourront plus faire entrer des animaux dans ces établissements sans un bon de commande.

Bruno Le Maire était jusqu'à présent réticent à un étiquetage systématique de la viande halal ou casher, car la question "pose des enjeux économiques" et présente des "risques de stigmatisation".

Mais le président-candidat, Nicolas Sarkozy, s'est prononcé samedi dernier en faveur de "l'étiquetage des viandes en fonction de la méthode d'abattage", car "chacun a le droit de savoir ce qu'il mange, halal ou non".

En outre, l'Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev) a annoncé avoir engagé une réflexion "concernant la mise en place éventuelle d'un étiquetage du mode d'abattage" afin de "mettre un terme à la polémique politicienne autour de l'abattage rituel".

Elle souligne toutefois dans un communiqué que la France n'a pas le pouvoir de décider seule des conditions d'étiquetage, "l'accord des services de l'Union européenne est indispensable".

"Nous allons maintenant commencer à travailler sur l'étiquetage", a dit Bruno Le Maire, soulignant que l'avantage serait de "rassurer les consommateurs."

Le ministre a souligné que l'abattage rituel était "l'exception" mais qu'il correspondait à une "dérogation qui est légale" et appliquée dans la quasi totalité des pays européens.

"Le gouvernement ne compte pas revenir sur cette dérogation qui garantit la liberté d'exercice des cultes", a-t-il insisté.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.