1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'ENA mène campagne sur les réseaux sociaux

Le Monde16/04/2018 à 06:37

Le siège de l'ENA à Strasbourg

En pleine introspection, l'Ecole nationale d'administration veut convaincre des profils atypiques de « sauter le pas » en passant le concours.

Elle veut faire parler d'elle, montrer sa volonté d'ouverture en dépit d'un lourd passif de reproduction sociale des élites - maintes fois établie par les sociologues - depuis sa création en 1945. Soixante-treize ans plus tard, l'Ecole nationale d'administration (ENA) souhaite à toute force « normaliser » son ADN.

« Sautez le pas ! » : c'est le slogan que l'établissement a choisi pour convaincre de jeunes talents de s'inscrire à l'un de ses trois concours d'entrée d'ici au 27 avril. Nouveaux territoires visés : les réseaux sociaux. Avec des messages détournant des expressions et slogans connus : « Vous rêvez de devenir acteur (des politiques publiques) ? Sautez le pas » ; « Une carrière de pilote (de projet européen) ? Sautez le pas » ; « Une vocation d'exploratrice (de la diplomatie française) ? Sautez le pas » ; « Vous auriez voulu être un artiste (du management public) ? Sautez le pas »...

« Nous constatons une moindre attractivité des métiers de la fonction publique, explique au Monde le directeur de l'école, Patrick Gérard. L'ensemble des concours, qu'il s'agisse de l'INET pour la fonction publique territoriale, de l'EHESP pour les directeurs d'hôpitaux ou des IRA pour les attachés d'administration, enregistrent une baisse des candidatures. Les IEP eux-mêmes, qui étaient le lieu de préparation idoine, voient leurs élèves s'inscrire dans d'autres projets de carrière, à l'international ou en entreprise. » Bien plus que la fonction publique, « le privé attire et l'argen...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer