Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'embargo de Moscou inquiète les agriculteurs français

Reuters07/08/2014 à 20:12

* Le Foll demande à ses services d'évaluer les conséquences * La FNSEA craint une crise sur le marché européen * Comité de gestion européen la semaine prochaine (Actualisé avec Stéphane Le Foll, fédération des producteurs de fruits français) PARIS, 7 août (Reuters) - L'embargo imposé par la Russie sur une série de produits agroalimentaires en provenance de l'UE pourrait entraîner une situation de crise sur le marché européen, déjà saturé par une production abondante, notamment de fruits, a estimé jeudi le président de la FNSEA, le principal syndicat agricole français. Un avis partagé par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll qui a demandé à ses services de procéder à "une évaluation des conséquences possibles de ces mesures pour la production agricole et agroalimentaire française". Les sanctions russes, qui font suite à l'adoption de sanctions économiques occidentales contre Moscou, accusé d'alimenter l'instabilité dans l'est de l'Ukraine, entrent en vigueur ce jeudi pour une durée d'un an. L'embargo vise essentiellement les fruits et les légumes, ainsi que les viandes, en provenance des pays européens, comme la France, de Pologne et les Etats-Baltes, a souligné Xavier Beulin, le numéro un de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles sur i>TELE. "C'est un système à double détente (...) On sait que des pays comme la France, la Pologne, les pays baltes sont exportateurs sur la Russie, et de fait ces productions qui ne vont plus aller sur la Russie vont sans doute se rabattre sur le marché européen et on craint une situation de crise", dit-il. "La Russie est exportatrice de céréales essentiellement mais elle est fortement importatrice sur les produits transformés, viande lait, produits laitiers et fruits et légumes". Le marché européen est déjà saturé par une production abondante de fruits et légumes, suscitant régulièrement l'inquiétude des producteurs français qui dénoncent le "dumping commercial" pratiqué selon eux par l'Espagne. UN MILLIARD D'EUROS DE PRODUITS FRANÇAIS Deux éléments permettent toutefois de rester optimiste face à l'embargo russe, estime le président de la FNSEA. Membre de l'organisation mondiale du commerce, la Russie "s'exposerait à des sanctions si elle empêchait un certain nombre de produits de pénétrer son marché", dit Xavier Beulin. "Deuxième chose, l'hiver est très long en Russie et je n'imagine pas que, demain, Vladimir Poutine tente une manoeuvre qui viserait à priver son propre peuple, qui pourrait se retourner contre lui si malheureusement les rayons étaient vides de certains produits, en particulier le rayon viande". Avec un peu plus d'un milliard d'euros de produits agroalimentaires expédiés vers la Russie en 2013, la France est le dixième fournisseur de la Russie, derrière l'Allemagne, la Pologne mais devant l'Italie et l'Espagne. Paris a expédié en 2012 près de 26 millions d'euros de fruits en Russie en 2012, selon le président de la fédération des producteurs de fruits français (FNPF), Luc Barbier. "L'embargo va être dramatique pour les producteurs de fruits et légumes", a-t-il dit à Reuters, demandant à l'Union européenne de "mettre les moyens de la politique qu'elle souhaite mener et accompagner les producteurs". Au total, les exportations agroalimentaires européennes vers la Russie ont représenté 10,2 milliards d'euros l'an dernier. La Commission européenne a annoncé jeudi qu'elle se réservait le droit de prendre des mesures appropriées après l'annonce de l'embargo russe. Un comité de gestion exceptionnel, qui réunit la Commission et les Etats membres, portant sur l'ensemble des produits agricoles se tiendra la semaine prochaine à Bruxelles. "Compte tenu de la gravité de la situation, des solutions sont attendues de façon urgente de la part de la Commission dans le cadre des dispositions de l'Organisation commune de marché, pour contribuer au rééquilibrage du marché, alors même que les annonces d'embargo russe accroissent encore les tensions dans cette filière", indique le ministère français de l'Agriculture. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.