1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Elysée promet un usage parcimonieux des sondages

Reuters13/09/2012 à 23:57

L?ÉLYSÉE PROMET DE RECOURIR AUX SONDAGES AVEC PARCIMONIE

PARIS (Reuters) - L'Elysée a promis jeudi un usage parcimonieux des sondages après l'annonce que François Hollande a renoncé à son engagement de ne pas commander d'enquêtes d'opinion.

Selon Le Parisien, l'Elysée a fait volte face en raison de la baisse de popularité du chef de l'Etat.

La présidence de la République va signer dans les prochains jours une convention avec le Service d'information du gouvernement (SIG), organisme sous la tutelle de Matignon, pour pouvoir commander par son intermédiaire des sondages sur l'image et l'action du chef de l'État, précise-t-il.

Interrogé par Reuters, l'entourage du chef de l'Etat explique que l'engagement de François Hollande était "qu'il n'y aurait pas de budget sondage à l'Elysée ni de sondages commandés directement par l'Elysée."

"Le fait de passer par le SIG permet une transparence totale. L'Elysée en fera un usage parcimonieux, ce sera tout à fait occasionnel", ajoute-t-on.

Cette précaution s'explique par les polémiques qui ont émaillé la commande d'enquêtes d'opinion sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

En 2009, la Cour des comptes avait notamment critiqué un contrat de 1,5 million d'euros passé sans appel d'offres avec Publifact, la société de Patrick Buisson, alors conseiller à l'Elysée.

Julien Ponthus et Gérard Bon

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer