Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Egypte, pays arabe le plus hostile aux femmes

Reuters12/11/2013 à 20:51

L'ÉGYPTE, PAYS ARABE LE PLUS HOSTILE AUX FEMMES, SELON UNE ENQUÊTE

par Crina Boros

LONDRES (Reuters) - Harcèlement sexuel, discriminations et violences diverses envers les femmes : en dépit de la révolution de 2011, l'Egypte est le pays du monde arabe qui apparaît le plus cruel pour les femmes, selon une enquête publiée mardi par la Fondation Thomson Reuters.

L'Irak arrive en deuxième position, suivi par l'Arabie saoudite, la Syrie et le Yémen. Les Comores, où les femmes détiennent 20% des postes ministériels et où les épouses conservent leur terre ou leur maison après un divorce, arrivent en tête, suivies par Oman, le Koweït, la Jordanie et le Qatar.

Pour sa troisième enquête annuelle sur les femmes, la Fondation a interrogé en août et septembre 336 spécialistes dans 21 Etats de la Ligue arabe et en Syrie (suspendue de la Ligue) pour donner un tableau global de la situation des droits des femmes trois ans après les différents "Printemps arabes".

"Comme le montrent les tristes résultats de ce sondage, nous les femmes avons besoin d'une double révolution, l'une contre les divers dictateurs qui ont ruiné nos pays et l'autre contre un ensemble toxique de culture et de religion qui ruine nos vies en tant que femmes", commente l'éditorialiste Mona Eltahawy.

Les questions ont été rédigées à partir des dispositions prévues dans la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes, signée ou ratifiée par 19 Etats arabes.

L'Egypte affiche un mauvais score dans tous les domaines. Les femmes ont joué un rôle central dans la révolution de 2011 mais l'influence croissante des islamistes, qui a culminé dans l'élection du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, en juin 2012, s'est traduite par un recul pour les droits des femmes.

HARCÈLEMENT SEXUEL

En Egypte, 99,3% des femmes et des filles sont soumises à des faits de harcèlement sexuel, selon un rapport des Nations unies qui remonte au mois d'avril. Ce pourcentage, estiment certains analystes, est le reflet d'une montée générale de la violence dans la société égyptienne depuis cinq ans.

Selon l'ONG Human Rights Watch, 91 femmes ont été violées ou agressées sexuellement en public sur la place Tahrir en juin 2013 quand les manifestations anti-Morsi se sont intensifiées.

"L'acceptation par la société du harcèlement sexuel quotidien affecte toutes les femmes en Egypte quels que soient leur âge, milieu professionnel ou économique, statut marital, façon de s'habiller ou comportement", dit Noura Flinkman, gérante de communications chez HarassMap, une association basée au Caire qui lutte contre le harcèlement. "Cela limite la participation des femmes à la vie publique. Ça affecte leur sécurité (...), leur confiance en soi et leur santé."

Les mariages forcés sont une autre plaie de l'Egypte. Zahra Radouane, qui travaille pour le Global Fund for Women, affirme que l'activité économique de "villages entiers", dans la banlieue du Caire notamment, s'organise autour de la traite des femmes et des mariages forcés.

Les mutilations génitales sont la règle : 91% des femmes et des filles sont concernées, soit 27,2 millions de personnes au total, selon l'Unicef. Seul Djibouti a un taux plus élevé (93%).

En Irak, avant-dernier au classement, les droits des femmes ont régressé depuis le renversement de Saddam Hussein après l'occupation du pays par les Etats-Unis en 2003. Les abus au sein de la famille et la prostitution ont augmenté et l'illettrisme est en forte hausse, selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés.

VIOLS ET TORTURES

En Arabie saoudite, les experts notent quelques progrès. Le royaume wahhabite reste le seul pays interdisant aux femmes de conduire mais quelques timides réformes mises en place par le roi Abdallah ont donné aux femmes de nouvelles possibilités d'emplois et ont permis qu'elles fassent davantage entendre leur voix en public.

Depuis le mois de janvier, 30 femmes siègent au Conseil de la Choura, qui compte 150 membres, un organisme consultatif auprès du roi. Le pays n'a pas de parlement. Toutefois, pour travailler, se rendre à l'étranger, ouvrir un compte en banque ou entamer des études supérieures, les femmes saoudiennes doivent solliciter l'autorisation d'un parent masculin.

En Syrie, où la guerre civile fait rage, les forces qui soutiennent le président Bachar al Assad sont accusées par les organismes de défense des droits de l'homme de viol et de tortures à l'encontre des femmes.

"La femme syrienne est une arme de guerre, sujette à des enlèvements et à des viols par le régime et autres groupes", dit une spécialiste de la défense des droits des femmes.

Dans les autres pays qui ont connu des soulèvements du genre "Printemps arabe", la situation est contrastée.

Au Yémen, les femmes ont manifesté à côté des hommes durant la révolte de 2011 et un quota de 30% leur est réservé au sein de l'instance chargée de discuter des réformes constitutionnelles. Mais d'un autre côté, le mariage des enfants est fréquent - il n'y a pas d'âge minimum pour se marier - et, selon le département d'Etat américain, la quasi-totalité des femmes (98,9%) sont sujettes au harcèlement dans la rue.

En Libye, classée 14e pour les droits des femmes, le renversement de Mouammar Kadhafi il y a deux ans n'a pas permis d'inscrire les droits des femmes dans la loi. Les experts parlent d'une hausse des enlèvements, extorsions et abus physiques à l'encontre des femmes.

En Tunisie, pays le mieux classé des pays ayant connu un "Printemps arabe", les femmes détiennent 27% des sièges au Parlement. La contraception est légale, mais la polygamie se développe et le droit successoral favorise les hommes.

Classement décroissant par points :

22. Egypte 74.895

21. Irak 73.070

20. Arabie saoudite 72.680

19. Syrie 72.390

18. Yémen 71.862

17. Soudan 71.686

16. Liban 66.931

15. Territoires palestiniens 66.629

14. Somalie 65.856

13. Djibouti 62.920

12. Bahreïn 62.247

11. Mauritanie 61.490

10. Emirats arabes unis 61.482

9. Libye 61.097

8. Maroc 60.229

7. Algérie 59.130

6. Tunisie 58.545

5. Qatar 58.372

4. Jordanie 58.218

3. Koweït 58.119

2. Oman 58.081

1. Comores 51.375

Avec Karrie Kehoe, Oliver Holmes, Isabel; Coles et Yara Bayoumy, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.