1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'ecstasy : la petite pilule des fêtards au secours des anciens combattants
Le Point29/08/2017 à 10:55

Jusqu'ici, la petite pilule était surtout connue pour ses vertus euphorisantes et stimulantes dans les soirées. Mais elle a aussi une valeur thérapeutique, si l'on en croit les soldats qui souffrent du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Un petit groupe de scientifiques travaille depuis des années sur l'ecstasy, connu sous le nom chimique MDMA, en tant que traitement pour soigner les vétérans d'Irak et d'Afghanistan victimes du SSPT. Et les résultats sont tellement prometteurs que la Food and Drug Administration (FDA) lui a donné le statut de « thérapie déterminante », ce qui doit permettre d'accélérer son développement et son éventuelle commercialisation.

Il y a urgence. L'armée américaine est confrontée à une véritable épidémie de SSPT. Il a toujours existé, mais, avec le retour des militaires d'Irak et d'Afghanistan, qui ont souvent fait plusieurs rotations, les chiffres ont explosé. Selon les experts, entre 11 et 20 % des soldats qui ont servi dans ces deux guerres souffrent de ce syndrome.

Des résultats prometteurs

Le moindre bruit ou la plus petite odeur peuvent déclencher le souvenir de leur expérience traumatique et ils sont paralysés par leurs émotions. Ils subissent des attaques de panique, des problèmes de sommeil, se referment sur eux-mêmes, souffrent de dépression, d'alcoolisme, et beaucoup sont suicidaires. Et il s'avère particulièrement difficile de les soigner, car ils...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer