Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'écologie au coeur des propositions agricoles des candidats

Reuters29/03/2012 à 21:44

L'ÉCOLOGIE AU COEUR DES PROPOSITIONS AGRICOLES DES CANDIDATS

par Marion Douet

MONTPELLIER, Hérault (Reuters) - Le rapport avec l'écologie sera au coeur de l'avenir de l'agriculture, ont souligné jeudi sept candidats à l'élection présidentielle venus présenter leurs priorités pour le monde agricole devant la FNSEA, syndicat agricole majoritaire.

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricole, qui souhaite en finir avec "l'écologie punitive et dogmatique", avait invité tous les candidats à la présidentielle à s'exprimer devant 1.500 agriculteurs, un électorat traditionnellement marqué à droite qui avait voté à 51% pour Nicolas Sarkozy en 2007.

Le président-candidat, qui a proposé de réduire les charges pesant sur les agriculteurs, a marqué sa distance avec la logique écologiste, les agriculteurs lui reprochant notamment d'avoir mis en place le Grenelle de l'Environnement en 2007.

"Je crois à l'environnement et je veux d'ailleurs rendre hommage au monde agricole", a dit Nicolas Sarkozy.

François Hollande, qui a passé un accord électoral avec les écologistes, a mis en avant sa volonté de faire du développement durable une nouvelle source de revenus pour les agriculteurs et s'est engagé à défendre les logiques de filières via la création de groupements d'intérêt économique.

"Faisons de cette double aspiration à être moderne et à respecter l'environnement un défi pour la France", a dit le candidat socialiste, soulignant que le photovoltaïque ou la méthanisation pourraient assurer de nouveaux revenus aux agriculteurs.

François Hollande arriverait quatrième (entre 12 et 14%) des intentions de vote des agriculteurs au premier tour, selon deux sondages publiés en février. Dans ces enquêtes, Nicolas Sarkozy reste largement en tête des intentions de vote, avec 40%, contre 18% pour François Bayrou (MoDem) et 15 à 17% pour Marine Le Pen.

"PROSE DE MAUVAIS LOBBYSTE"

Le président du MoDem, qui met l'accent sur la renégociation de la politique agricole commune (Pac), s'est exprimé devant un électorat plutôt amical, rappelant dès la première minute sa casquette d'exploitant et d'éleveur de chevaux dans le Béarn.

Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan et Eva Joly ont également accepté d'exposer leurs priorités agricoles en quinze minutes. Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou avaient en revanche décliné l'invitation.

Marine Le Pen s'est dite pour sa part favorable à une sortie de la Pac au profit d'une politique agricole française.

"Le développement durable, qui serait contre ? Je suis certaine que la course au profit prônée par l'OMC et l'Union européenne est aussi nocive pour notre environnement qu'elle l'est pour notre société", a dit la candidate du Front national, ajoutant qu'elle ferait interdire les importations de produits génétiquement modifiés (OGM).

La présidente du FN a provoqué les sifflets de la salle à la fin de son intervention - la plus mouvementée des candidats - en reprochant au président Xavier Beulin de défendre plus ses intérêts personnels que ceux des agriculteurs et en lui attribuant une "prose de mauvais lobbyste" au sujet des OGM.

Le 16 mars, le gouvernement a réitéré par décret l'interdiction de mise en culture du maïs génétiquement modifié Monsanto 810, après son annulation par le Conseil d'Etat. La FNSEA avait auparavant choisi de se retirer des débats sur cette question qu'elle jugeait biaisés.

Déplorant la provocation de Marine Le Pen, Xavier Beulin a dit à Reuters être satisfait des propositions amenées par les candidats. Dans la salle, de nombreux adhérents de la FNSEA ont fustigé une attitude "mal élevée" de la candidate du FN.

Le monde agricole, qui représente environ un million de votants et près de 500.000 exploitations, s'oppose à la logique d'une "écologie punitive et dogmatique", selon les mots du président de la FNSEA.

Il critique notamment les objectifs du Grenelle de l'Environnement qui visait à réduire de 50% l'usage des pesticides d'ici 2018 et à convertir 6% de la surface agricole utile d'ici 2012.

Le choix de Nathalie Kosciusko-Morizet, ancienne ministre de l'Ecologie et du Développement durable, comme porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy a également froissé le monde agricole, qui manifestait devant les portes de son ministère en février dernier.

Edité par Patrick Vignal et Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.